Voir le sujet - La Symbolique hermétique du Serpent. :: Forum ésotérique de l Alliance Magique
Boutique ésotérique en ligne l'Alliance Magique
Index - éditeur ésotérisme - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S'enregistrer - Messages Privés - Connexion
La Symbolique hermétique du Serpent.
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum ésotérique de l Alliance Magique Index du Forum -> Symbolisme Hermétique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
SpartakusFreeMann
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 12 Mai 2006
Messages: 428
Localisation: Golgotha

MessagePosté le: Dim Juil 29, 2007 1:30 pm    Sujet du message: La Symbolique hermétique du Serpent. Répondre en citant

"Pourquoi t'es-tu attiré Dans le paradis du vieux serpent ? Pourquoi t'es-tu glissé Dans toi-même, dans toi-même ?" Nietzsche, Ecce Homo, p. 269.

Le symbolisme du serpent est très ancien et a toujours été associé à l'idée de la Mort et de la Vie mais également à la notion d'Éternité - car il peut changer de peau régulièrement retrouvant ainsi l'apparence de la jeunesse. Pour les Anciens, cette mue représente le principe de l'éternel retour, du
passage permanent de la vie à la mort et vice-versa.

Ainsi, de la mort sort la vie comme la désagrégation d'une graine dans le sol annonce la venue d'une vie nouvelle. Au niveau individuel, l'homme se doit de réaliser le renouveau du monde et de vaincre la mort et il personnifiera alors "la force créatrice de l'univers qui, se couvant elle-même dans l'introversion, serpent enlaçant son propre oeuf, menace la vie de sa morsure empoisonnée pour la conduire à la mort et se réenfanter elle-même de cette nuit, en se surmontant"(1). Déjà Philon nous dit du serpent qu'il est, de tous les animaux, le plus spirituel, sa nature étant du feu, sa vie longue et
qu'en même temps de sa peau, il se dépouille de sa vieillesse. Son venin provoque le passage de la vie à la mort, mais, utilisé à de faibles doses, il avait aussi la réputation d'être un remède (2).

Le serpent était également souvent associé aux forces secrètes de la terre d'où il surgissait et aux énergies sexuelles car, "le Serpent est phallique par sa forme. Caché, lové dans les anfractuosités de la terre, on le voit s'élancer soudain. Il est mythiquement le fils de la Terre, le dynamisme mâle engendré par la Grande Femelle" (3).

Lisons à présent ce qu'en dit le Dictionnaire des Symboles (4) :

"Il joue des sexes comme de tous les contraires; il est femelle et mâle aussi, jumeau en lui-même, comme tant de grands dieux créateurs qui sont toujours, dans leurs représentations premières des serpents cosmiques... Le serpent visible n'apparaît donc que comme la brève incarnation d'un Grand Serpent Invisible, causal et atemporel, maître du principe vital et de toutes les forces de la nature. C'est un vieux dieu premier que nous retrouvons au départ de toutes les cosmogénèses, avant que les religions de l'esprit ne le détrônent."

À la fois mortel et guérisseur, symbole du bon et du mauvais démon (Agathodaïmon et Kokadaïmon), de Satan et du Christ, les Gnostiques faisaient de lui le symbole du bulbe cérébral et de la colonne vertébrale, lui conférant ainsi une identité certaine avec la psyché et l'inconscient.

Le principal symbole attaché au serpent reste le caducée, et son explication réside dans l'association
serpent-bâton. En tant que symbole d'Esculape (5), le serpent y représenterait le remède, la médecine tandis que le bâton symboliserait l'Arbre de Vie, vie que le praticien essaye de maintenir grâce à ce remède.

En Grèce, une légende relate qu'Hermès découvrit le premier la puissance de son bâton magique quand il l'utilisa pour séparer deux serpents engagés dans un combat mortel. Les reptiles cessèrent immédiatement le combat, s'enlacèrent autour du bâton et s'embrassèrent. Il faut voir dans l'enlacement des serpents qui se font face, l'équilibre des forces antagonistes utilisé par l'hermétisme et sa discipline-fille, l'alchimie, pour décrire la notion d'unité dans l'opposition.

On rejoint ici la figure de l'AMPHISBENE qui comporte deux serpents enlacés dont l'un a une tête blanche qui symbolise l'initié qui a dégagé le volatil du fixe et a ainsi vaincu sa nature inférieure symbolisée par la tête noire de l'autre serpent. Les correspondances entre le serpent, les forgerons et l'alchimie - et il suffit de lire l'ouvrage magistral "Forgerons et alchimistes" de Mircea Eliade pour s'en convaincre - sont soulignées par cette sentence du peuple Dogon : "Tout forgeron lorsqu'il travaille est comme assis sur la tête du serpent". Et l'on nous indique alors l'existence de rites magiques funéraires qui ont pour fonction de transmettre aux vivants les pouvoirs et connaissances
issues du monde des morts.

Selon René Alleau (6), "Le nom de "serpent" a été donné, à toutes les époques et en des aires culturelles diverses, aux initiés eux-mêmes, qui recevaient le double pouvoir de "faire monter ou descendre" la force magique universelle. C'est pourquoi, dans les sociétés traditionnelles anciennes, le roi divinisé, qui avait reçu son pouvoir sacré par une transmission directe du démiurge ou de l'ancêtre, appartenait, comme l'attestent des textes abyssins archaïques donnant la liste des pharaons, à la "progéniture" du serpent".

À propos du caducée encore, Chevalier et Gheerbrandt, dans leur Dictionnaire des Symboles, écrivent : "le serpent possède ce double aspect symbolique : l'un bénéfique l'autre maléfique, dont le caducée présente, si l'on veut, l'antagonisme et l'équilibre; cet équilibre et cette polarité sont surtout ceux des courants cosmiques, figurés d'une façon plus générale par la double spirale; Dans l'ésotérisme bouddhique, par exemple, le bâton du caducée correspond à l'axe du monde et les serpents à la Kundalini, cette énergie cosmique qui se trouve à l'intérieur de chacun".

Enfin, la Tradition conserve un certain nombre de techniques afin d'éveiller le serpent ou le dragon
endormi en dirigeant les forces vitales vers le sommet du crâne. Ainsi, dans l'ésotérisme oriental, l'acte de libérer la puissance du serpent est appelé la Montée de la Kundalini (7). Conscients des dangers de cette technique, l'oriental insiste toutefois sur le fait que la Kundalini ne doit pas être gardée prisonnière de l'épine dorsale mais qu'elle doit se voir ouvrir les Portes des sphères supérieures afin de permettre au pratiquant d'Éveiller sa conscience au monde supérieur.

Dans cette tradition, l'association symbolique entre le phallus, le serpent et la langue (verbe) sont très présente et elle est significative du lien qui existe entre énergie vitale, sexe et connaissance, comme nous le verrons plus loin.

Selon Bayard, les deux serpents enroulés du caducée, le yin et le yang du T'ai Chi et le swastika ou croix gammée des Hindous, symbolisent tous une force cosmique, avec ses deux sens de rotation inversés. Dans ce caducée, les deux serpents reposent leur tête sur `Hesed (Cool et Gebourah (9) et, ce sont justement ces deux Sephiroth que relie la Voie de Teth (10), la Voie du Serpent (confer "La Lettre Teth et le Serpent" (11)). Au sein du caducée, les ondulations des deux serpents forment la lettre Aleph (א), symbole de l'Air, par laquelle dieu insuffla la vie dans les narines d'Adam. Leurs queues forment le Mem- מ, lettre symbolisant l'Eau, et les ailes au sommet du caducée forment la lettre Shin (ש), symbole du Feu de la Vie.

Enfin, le Serpent symbolise également le NUMEN de l'Acte de Métamorphose en même temps que la substance métamorphosée elle-même. Et on le retrouve ainsi dans la légende de GABRICUS et de BEYA, couple royal frère-soeur. Lors du hiérogamos, le frère pénètre entièrement dans le corps de sa soeur où il disparaît complètement, il se métamorphose alors en son sein en SERPENS MERCURIALIS (12).

Spartakus FreeMann, 2003 e.v., Nadir de Libertalia (texte issu des Oraisons du Serpent http://stores.lulu.com/store.php?fAcctID=517113).

Notes :

1 Jung, "Métamorphoses de l'âme et ses symboles", Georg éditeurs, 1953, traduction d'Yves Le
Lay.

2 Il existait ainsi une tribu, les Ophiogènes, qui se croyait apparentée aux serpents et descendant d'un héro-serpent. Dans cette tribu, nous raconte Strabon, les mâles passaient pour pouvoir guérir les morsures de serpents par l'imposition des mains. Les Psylles, un autre peuple, exposaient leurs enfants nouveau-nés au contact des serpents pour s'assurer de leur légitimité

3 Suares cité dans "La Déesse Sauvage" de J. de Gravelaine

4 Dictionnaire des Symboles - Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Editions Robert Laffont 2002.

5 En grec, Asclépios, fils d'Apollon et de la nymphe Coronis, était le dieu guérisseur d'Épidaure.

6 "Les Sociétés Secrètes", Livre de Poche, Paris, 1969.

7 Pour une description plus détaillée de la Kundalini, nous renvoyons le lecteur aux "Liminaires
considérations" à la fin de cet ouvrage.

8 'Hesed, la Grâce, quatrième sephira de l'Arbre de Vie.

9 Gebourah, la Sévérité est la cinquième sephira de l'Arbre de Vie.

10 Teth, neuvième lettre de l'alephbeth hébreu, cette Voie correspond à la Justice et à
l'Intelligence de l'activité spirituelle.

11 Voir paragraphe 7 ci-après.

12 Serpent de Mercure.
_________________
Omnia Vincit Amor

http://www.kaosphorus.net/
http://www.kabbale.be/
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Kewenlunub
Membre en Promenade


: :
Inscrit le: 23 Juil 2007
Messages: 24
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Dim Juil 29, 2007 3:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Très intéressant! cela complète les recherche que je fais depuis un an et demi sur le serpent qui me suit dans mes rêves et mes visualisation.

Merci cela vient me donner des infos de plus pour comprendre son message!

Je remarque que tu écris toujours aussi bien
_________________
Site: Le Temple du Serpent (paganisme et magie)
www.temple-serpent.com

Site : Magia Artemesia (herbes magiques)
www.magia-artemesia.com
http://forum.magia-artemesia.com
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
hippopeuze
Habitué(e) à ces lieux


: :
Inscrit le: 05 Mar 2007
Messages: 242
Localisation: le gard

MessagePosté le: Dim Juil 29, 2007 5:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

fiouuuuu que de culture didonc Shocked je me sens ridicule a coté de tout ça Embarassed en tout cas merci pour toutes ces informations j'en apprends tous les jours grâce a vous merciii ^_^
_________________
regarde autour de toi ton troisieme oeil te montrera le chemin que doi prendre ton coeur ...ai confiance
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Fredericus
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 29 Juil 2006
Messages: 2521
Localisation: A la droite de Thehuti, aux pieds de Maât

MessagePosté le: Ven Aoû 03, 2007 1:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le mythe delphique de Python et d'Apollon permet d'envisager une fusion entre l'aspect féminin/chtonien et masculin/solaire du symbole ophidien (on va en arriver très vite à l'idée d'une recherche d'un reliquat de la lutte matriarcat/patriarcat évoquée dans un autre topic. Very Happy ).

Il existe deux mythes fondateurs de l'oracle delphique (cf. Wiki). Dans le premier, Apollon cherchant à s'approprier le pouvoir de divination de Python, fils de Gaia, tua purement et simplement celui-ci. Dans le second, l'oracle appartient au départ à Gaia (la Terre) qui le transmet à d'autres divinités féminines, avant que ce pouvoir ne finisse dans les mains d'Appolon (Eschylle - Euménides : Offrons nos hommages, d'abord, à la Terre, qui la première des Dieux rendit ici ses oracles ; ensuite, à Thémis qui remplaça, dit-on, sa mère dans ce sanctuaire prophétique. Par la cession libre et volontaire de Thémis, Phébé, sa soeur, en devint la troisième souveraine. Phébé, à la naissance de son neveu, lui en fit présent, et lui donna le surnom de Phébus. Ce Dieu, quittant les marais et les rochers de Délos, aborda sur ces rivages que chérit Pallas, et que fréquentent les nochers ; de là, il vint habiter cette contrée, et le sommet du Parnasse.).

Le rapprochement des deux versions (la première, connues dans les Hymnes homériques, semble être la plus ancienne. On ne connait cependant pas les sources utilisées par Eschyle), permet de proposer les rapprochements évoqués : Python vestige de l'ancien culte de la Déesse (cf. les déesses aux serpents minoennes) finit par être associé (assimilé) à Apollon, au point que ce dernier prend même le nom d'Appolon-Pythien. Le fait que la Pythie soit obligatoirement une femme pourrait d'ailleurs renforcer l'idée d'usurpation (surtout que ce sont bel et bien des prêtres qui dirigent le sanctuaire).
_________________

Merythathor-Iahhotep Envoûtements
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Isis 0
~°Allié(e) Magique°~


: :
Inscrit le: 25 Aoû 2006
Messages: 1090
Localisation: Dans ta pupille si tu me lis

MessagePosté le: Ven Aoû 03, 2007 6:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

"En Grèce, une légende relate qu'Hermès découvrit le premier la puissance de son bâton magique quand il l'utilisa pour séparer deux serpents engagés dans un combat mortel. Les reptiles cessèrent immédiatement le combat, s'enlacèrent autour du bâton et s'embrassèrent. Il faut voir dans l'enlacement des serpents qui se font face, l'équilibre des forces antagonistes utilisé par l'hermétisme et sa discipline-fille, l'alchimie, pour décrire la notion d'unité dans l'opposition. "

D'après Françoise Gange, le serpent était un symbole de la Déesse Mère à l'époque où celle-ci faisait l'objet de l'unique culte : le caducée représenterait alors la soumission du divin féminin devant le bâton de pouvoir ( doit-on faire une explication de ce que peut être le bâton ? ). Il y était un symbole de connaissance.
Dans les traditions postérieures, ce symbole sera démonisé, d'après elle, comme tout ce qui concerne le divin féminin et c'est pourquoi les héros lutteront contre toutes sortes de serpents, de terre et de mer, ailés, mélangés à d'autres espèces, etc...

C'est aussi le symbole du savoir secret : dans la Bible, il éveille la curiosité d'Eve afin de goûter aux fruits de l'Arbre de la Connaissance du Bien et du Mal et Tirésias est sensé avoir été rendu aveugle pour avoir vu des serpents s'accoupler ( c'est une des 2 versions existentes ).

Dans l'épopée de Gilgamesh, le serpent est celui qui dérobe la plante de pouvoir qui empêche Gilgamesh d'obtenir l'immortalité. L'animal est alors qualifié par lui de " Lion du sol" Confused
_________________
" Mon avatar, sublime création,
Est un cadeau du divin Horapollon
dont je ne suis pas peu fière..."

Pour Imbolc, soyez bénis.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Horapollon
~°Allié(e) Magique°~


: :
Inscrit le: 14 Fév 2006
Messages: 1532
Localisation: Inconnue

MessagePosté le: Dim Aoû 05, 2007 1:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Les lions se retrouvent autant dans la mythologie égyptienne ainsi que dans l'alchimie, Shou et Tefnout, et les lions alchimiques vert et rouge représentants le début et la fin de l'oeuvre.
Le lion vert est une manifestation de la matière mercurielle(le lion vert de Ripley).

Et n'oublions pas Héka souvent représenté en serpent qui représente la force magique.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ossian
~°Allié(e) Magique°~


: :
Inscrit le: 12 Déc 2006
Messages: 2632
Localisation: froid équateur

MessagePosté le: Lun Aoû 06, 2007 5:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

"On" nous a laissé le mythe du "Nou.n"
Océan ou Chaos primordial
D'où emergea "Atoum" l'incréé
qui cracha "Chou" et "tephnout"
Et qui prit la forme d'un serpent
forme non matérielle de puissance
ni bénéfique, ni maléfique
pour engendrer la première terre,
première matière (materia prima)
Il prit la forme du phoenix
pour faire naître la lumière et la vie
Il prit la forme du scarabée (Kheper)
pour lever la lumière rouge
au-dessus de l'horizon
et devenir "Râ"
il donna le pouvoir du serpent
à ses filles "Heka" (la magie) et "Selkis" (qui punit les crimes)
qui eut une fille amphisbène, "Nekhbaou"
(source : Edouard Lambelet)
_________________
"i'm talking to you now
weels still turns
what ever you do now
fire still burns"
(D.M.)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Fredericus
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 29 Juil 2006
Messages: 2521
Localisation: A la droite de Thehuti, aux pieds de Maât

MessagePosté le: Mar Aoû 07, 2007 9:04 am    Sujet du message: Répondre en citant

Et pourtant Apophis chaque nuit tente de remettre au chaos, tout ce qui fut créé : autres temps, autres moeurs. Le serpent est alors clairement (?) - dans les livres occidentaux en tout cas - identifié au Mal.

Vu aujourd'hui, alors que l'on pense la religion égyptienne immuable, l'on pourrait penser qu'il y a là une sacrée contradiction. Mais en fait, comme pour le personnage de Seth, il faut probablement gratter les peintures encore un peu fraîches.

La cosmogonie tardive de Saïs présente la création du monde sur une vision plus moderne, plus conforme au mythe osiriaque : une clé. (Pour le texte complet - VIIe s. av. J.-C., c'est ).

AMEN
_________________

Merythathor-Iahhotep Envoûtements
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Ossian
~°Allié(e) Magique°~


: :
Inscrit le: 12 Déc 2006
Messages: 2632
Localisation: froid équateur

MessagePosté le: Mer Aoû 22, 2007 12:20 am    Sujet du message: Répondre en citant

cette piste inconsciente est intéressante, mais il faudrait l'avis d'un spécialiste en la matière...
Par contre au sujet de "l'incarnation" du mal en occident, Spartacus semblait axer l'analyse symbolique sous la lumière hermétique, orientant, ou orientalisant ainsi la symbolique.
Dans cette tradition, il y a bien sur le caducée : il y aurait-il un contrôle d'une force "dangereuse" par l'entremise de la baguette ?
Une autre symbole que je trouve assez amibigüe en hermétisme est celui du "serpent crucifié" sur un "Tau".
_________________
"i'm talking to you now
weels still turns
what ever you do now
fire still burns"
(D.M.)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
nordevan
Membre prenant racine



Inscrit le: 21 Mar 2006
Messages: 89

MessagePosté le: Ven Aoû 31, 2007 5:55 pm    Sujet du message: Ce n'est pas de la pub, promis! Répondre en citant

Bonjour
Heureuse coincidence. Je viens de poster sur mon blog un article montrant que le Serpent s'oppose et combat le Tau. C'est ce que j'ai montré en étudiant les peintures du "surréaliste" Clovis Trouille . Deux de ses tableaux expliquent son univers : l'un au monogramme "T", l'autre au monogramme "S" . C'est le combat du Léviathan biblique contre la Raison triomphante du modernisme. On avait un peu trop vite emballé Clovis Trouille dans les placards de l'érotisme!
_________________
Calcul des engrammes et des périodes de réactivation
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Câmara
*Membre d'Honneur*


: :
Inscrit le: 30 Juil 2006
Messages: 610
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Sam Sep 01, 2007 12:37 am    Sujet du message: Répondre en citant

Le serpent partage avec le lion la première place dans la symbolique animalière. Son image a de tout temps été exploitée pour représenter le meilleur comme le pire : création, regénérescence, immortalité, mais aussi dissimulation, mal absolu et mort.

:bouton2: Le serpent créateur

Animal chtonien par excellence, le serpent rampe sur la terre, s'y cache et en surgit sans prévenir. À la fois créateur et destructeur, qu'il s'appelle Vanuki, Midgard, Quetzalcoatl, Python ou Apopis, il est dans presque toutes les civilisations associé à la création du monde. Ce serpent primordial, qui permet en Inde le barattage de la mer de lait dont est issu le monde, s'enroule sur lui-même pour servir de trône à Visnu, dieu de la création. Ches les Égyptiens, le serpent Atoum émerge des eaux primordiales et vomit la création toute entière. Le Livre des Morts lui fait dire : «Je suis ce qui demeure... Le monde retournera au Chaos, à l'indifférencié, je me transformerai alors en serpent qu'aucun homme ne connaît, qu'aucun dieu ne voit!» Les phraraons d'Égypte portent sur la tête l'uraeus, ou «cobra dressé», symbole d'immortalité.
On retrouve en Égypte et en Grèce le motif de l'Ouroboros, serpent qui se mord la queue et forme un cercle parfait, symbole du cycle de la vie et de l'éternel retour (l'infini). Dans la plupart des religions, le serpent est l'attribut des déesses-mères, et le serpent enroulé autour d'un arbre symbolise le renouveau de la végétation et de la fécondité.

:bouton2: Le serpent guérisseur

À la fois poison et guérisseur, le serpent est l'attribut d'Asclépios, dieu de la médecine. On peut ainsi opposer les serpents. symboles de cruauté et de mort qui se tordent sur la tête de la Gorgone, et les serpents entrelacés du caducée de Mercure aux vertus thérapeutiques, symboles d'équilibre et de guérison. La mue du serpent en fait un symbole de jeunesse perpétuelle, de longévité et même d'immortalité. De même, pour prémunir les Hébreux contre la morsure des serpents dans le désert, Yahvé demande à Moïse de façonner un serpent d'airin dont la seule vue suffit à guérir celui qui vient d'être mordu.

:bouton2: Le serpent devin

Dans la mythologie grecque, le premier haut fait d'Apollon, à peine sorti de l,enfance, consiste à aller délivrer la région de Delphes du terrible serpent Python qui ravageait la contrée et rendait des oracles. Ce monstre souterrain était le gardien du temple de Gaïa, la Terre. Le dieu de la lumière tue Python, créature de l'obscurité, et fonde le nouveau sanctuaire de Delphes, où officiera son propre oracle, la Pythie, intermédiaire entre les forces de la terre et du ciel. Tous les huit ans, les Jeux pythiques commémorent dans la Grèce antique la victoire d'Apollon sur Python. Toutefois, la Pythie entre en transe pour délivrer ses oracles, en écho aux forces incontrôlables du monde souterrain. Le serpent joue également en Grèce un rôle divinatoire, et les augures interprètent les mouvements convulsifs de ses anneaux sur le sol au même titre que le vol des oiseaux.

:bouton2: Le serpent Satan

Dans l'épopée akkadienne de Gilgamesh (2300 ans avant notre ère), c'est un serpent qui s'empare de la plante de vie découverte par le héros à l'issue d'un long et périlleux voyage entrepris pour découvrir le secret de l'immortalité.
Dans le monde chrétien, le serpent est l'incarnation du démon, la forme que prend Satan pour séduire et tromper Ève. Le serpent et l'arbre de vie étant symboles de régénération, la tromperie en est d'autant plus grande. Le célèbre tympan du portail d'Autun, qui montre une Ève serpentine entre les feuillages, caractéristique de la misogynie du Moyen Âge, met le comble à l'assimilation de la femme et du démon. Satan promet à Ève la connaissance et la vie si elle goûte au fruit défendu, et il la condamne, avec toute l'humanité, à la mort. Pour le punir, Yahvé condamne le serpent à ramper pour l'éternité: «Sur ton ventre tu marcheras et poussière tu mangeras toute ta vie.» Mais le serpent reste au coeur de l'homme et lui inspire tous les crimes... Les sept péchés capitaux sont souvent représentés sous la forme d'un serpent à sept têtes. La Vierge ou un saint foulant aux pieds un serpent ou un dragon illustrent la victoire du Bien sur le Mal, et, dans l'art baroque, la victoire du catholicisme sur le protestantisme.


Le Petit Larousse des symboles, 2006

_________________


Dernière édition par Câmara le Sam Sep 01, 2007 5:37 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Invité







MessagePosté le: Sam Sep 01, 2007 1:06 am    Sujet du message: Répondre en citant

Merci de citer les sources Wink
Revenir en haut
Câmara
*Membre d'Honneur*


: :
Inscrit le: 30 Juil 2006
Messages: 610
Localisation: Montréal

MessagePosté le: Sam Sep 01, 2007 5:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Voilà c'est rajouté! Wink
_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Isis 0
~°Allié(e) Magique°~


: :
Inscrit le: 25 Aoû 2006
Messages: 1090
Localisation: Dans ta pupille si tu me lis

MessagePosté le: Sam Sep 01, 2007 6:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tirésias fut également rendu aveugle pour avoir vu 2 serpents s'accoupler : le serpent serait alors un symbole du savoir secret, qui rejoint, d'une façon plus lointaine l'idée du secret de la vie et de la mort mentionnée au début. Arrow
_________________
" Mon avatar, sublime création,
Est un cadeau du divin Horapollon
dont je ne suis pas peu fière..."

Pour Imbolc, soyez bénis.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
nordevan
Membre prenant racine



Inscrit le: 21 Mar 2006
Messages: 89

MessagePosté le: Sam Sep 01, 2007 7:11 pm    Sujet du message: Celui qui s'oppose au Tau Répondre en citant

Chère Isis
Seul Moïse a eu le privilège de voir IAVE en face. Tirésias devint aveugle car il n'avait pas droit à ce privilège. (l'union des deux "serpents" est le symbole du retour à l'Un, inconnaissable, ce Un qui doit être voilé; Voir Orphée). Remarque : en fait , il n'y a qu'un serpent.
_________________
Calcul des engrammes et des périodes de réactivation
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum ésotérique de l Alliance Magique Index du Forum -> Symbolisme Hermétique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Design réalisé par éditions ésotériques l Alliance Magique éditeur ésotérique

Partenaires: lithothérapie - forum ésotérique - site ésotérique - annuaire ésotérique - formation lithothérapie - Arnaud Thuly Page Officielle - Recherche en ésotérisme - formation professionnelle lithothérapie - formation ésotérisme magie - blog ésotérique