Voir le sujet - VAMPIRE :: Forum ésotérique de l Alliance Magique
Boutique ésotérique en ligne l'Alliance Magique
Index - éditeur ésotérisme - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S'enregistrer - Messages Privés - Connexion
VAMPIRE
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum ésotérique de l Alliance Magique Index du Forum -> Dictionnaire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Deraguone
*Membre d'Honneur*


: :
Inscrit le: 30 Déc 2005
Messages: 641
Localisation: Dans mes pensées...

MessagePosté le: Sam Oct 21, 2006 9:21 pm    Sujet du message: VAMPIRE Répondre en citant

VAMPIRES !!! Vous avez dit VAMPIRES ???

Sur le forum, j’ai remarqué que beaucoup s’intéressaient à cette créature. Mais entre les mythologiques, les psychiques, ceux qui viennent du cinéma et de la littérature, et les fantasmes en tout genres, on se retrouvait vite perdu entre tout un tas de définition et de conception personnel.
J’ai donc fait un post sur le « vrai » vampire. Quand je dis vrai, je parle dans le sens de réalité mythologique et de son symbolisme.




Vampires ! Ce mot éveille en nous l’écho de peurs ancestrales toujours tapies au plus profond de notre être. C’est que le vampire incarne la mort hideuse qui nous guette sans relâche. Cette peur explique l’universalité du mythe suceur de sang de nos légendes.
Mais le revenant suceur de sang, que l’on nous présente complaisamment, n’est en réalité qu’une caricature grotesque du vampire mythologique qui terrorisait les populations rurales il n’y a pas si longtemps encore.
Faisons une réhabilitation du mythe face aux déformations que lui font subir non seulement la littérature et le cinéma, mais aussi quelques auteurs mal informés. Vous verrez alors que le mythe ne ressemble pas beaucoup au comte Dracula, qui n’est lui-même qu’une copie ridicule, bien qu’il incarne aujourd’hui l’archétype du vampire aux yeux du public ignorant.
Les idées fausses et les stéréotypes on la vie dure.
Je vais donc vous présentez ce vampire originel, revenu à sa forme brute et archaïque. Il ne se transforme pas en chauve-souris, ne suce pas toujours le sang des vivants, ou au contraire ne se contente pas de cela. Il n’est pas non plus un bel aristocrate au charme ténébreux, et n’est pas nécessairement mort, mais parfois bien vivant. Le vampire a une ombre et un reflet, il ne craint que très rarement les objets du culte chrétien. Il n’a pas de pouvoir particulier sur les animaux, et peut parfaitement entrer dans une maison sans y avoir été invité.
Renoncer à l’image simpliste du cadavre ambulant qui sort de sa tombe pour sucer le sang des jeunes vierges.
Le plus souvent, le vampire est mort vivant
(ou plus exactement un «non-mort»), mais son rapport a la mort est plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord.
La mort, toute la thématique du vampire tourne atour de cet état particulier : c’est autour de cette idée maîtresse, et celle de la croyance en une vie posthume, que tout s’articule.
Au-delà des préjugés,
Au-delà de l’imagination,
Au-delà des courants littéraires du XVIIIe siècle
(le gothique ou roman noir), et du XIXe siècle (le romantisme noir),
Se profilent les deux vieilles peurs de l’humanité : la mort et le temps.
Tout le mythe tourne autour de cette thématique primordiale.

Ouvrons toutes grandes les portes des ténèbres et pénétrons dans la nuit abyssale du sépulcre. Et découvrons le vrai visage du vampire.




Epanouissement et symbolisme chrétien :

Mais avant toutes choses, il faut être honnête. Même si l’essence du vampire est païenne, il a trouvé son épanouissement dans un contexte chrétien.
Le vampire est un vecteur parfait de l’expression de la frustration sexuelle et de la culpabilité. Il est un tabou incarné, le péché manifesté
(car il possède cette immortalité qui est un défi constant au dieu des juifs et des chrétiens). Dés lors, il ne pouvait en aucun cas se racheter aux yeux de la nouvelle religion (d’autant plus que, selon la foi chrétienne, l’âme ne peut renaître : soit elle est condamnée, soit elle retourne vers dieu).
Etudions son symbolisme chrétien
(le plus souvent vu au cinéma) :
Le Comte Dracula
(le mal, la sexualité) est victime d’une malédiction (le désir) qui l’oblige a boire du sang frais (l’acte) le plus souvent de jeunes filles (hétérosexuel, le vampire le plus immonde est parfois symboliquement, bisexuel) à la source, c’est-à-dire la veine jugulaire (le baiser du vampire) pour survivre et rester immortel (angoisse métaphysique).
Mais cette immortalité, qui fait sa force, est maudite. Il est ainsi condamné, sous peine de destruction, à ne plus voir la lumière du jour
(émanation de Dieu).
Il lui faut être un hôte des ténèbres
(c’est-à-dire la mort, et en fait, l’enfer) et dormir dans un cercueil (son immortalité devient ainsi une éternité dans la mort).
Ses victimes sont considérées comme complices et, en punition de leur péché
(désir sexuel, désir d’immortalité, ou simplement complaisance ou passivité), sont frappées de la même malédiction («tu seras puni par là ou tu as péché »). Le rituel classique de destruction (ce ne peut-être une délivrance) du vampire : un pieu enfoncé dans le cœur (siège traditionnel des sentiments), ce qui est aussi une symbolique sexuelle.


Transformation animale :

Comme je l’ai dit, le faite qu’un vampire se transforme en animale vient de l’imagination des auteurs de roman et des scénariste de cinéma, et n’a aucun autre fondement…..
…..A part quelques très rares exceptions.

Chauve-souris : paradoxalement la plus connue de ces transformation et pourtant la plus rare qu’il soit dans les traditions. Le seul endroit où on reconnaît cette transformation est la tribu africaine des Loango.

Insecte : C’est en Asie ou on le reconnaît se transformer en insecte.

Loup et chien : On retrouve ces transformations dans certaines traditions européennes.



Le vampire socio-mythologique :

Les vampires ne sont pas nés d’une génération spontanée : ils sont le fruit des croyances et conceptions populaires concernant le monde et la nature. Ils sont issus de la peur.
La nuit et l’hiver sont symptomatiques de la terreur populaire à leur égard.
Dés le coucher du soleil
(et la peur inconsciente qu’il ne reparaisse pas) qui symbolise la vie, la nuit (c’est-à-dire l’autre monde, avant-goût de l’au-delà) règne en maître absolue. Et, dés lors, tout devient possible. Les monstruosités les plus innommables peuvent surgir, car le soleil n’est plus là pour protéger le monde. Il faut savoir que dans les traditions populaires, la nuit n’appartient pas aux vivants ; elle est le domaine privilégié, le royaume incontesté des esprits et revenants, des mauvaises fées et de monstres de tous poils.
L’hiver accentuait encore cette angoisse. La « saison morte » revêtait pour la société rurale un caractère ambigu et inquiétant. Le soleil d’hiver a d’ailleurs été très tôt confondu dans certaines traditions avec la divinité « infernale » Orcus, le Grand Dieu Noir de la Mort (l’Orgos des Celtes), modèle mythologique de l’ogre des contes. En cette saison où la puissance solaire est sur le déclin laisse une part de plus en plus belle aux ténèbres, les morts prennent une place croissante dans la vie quotidienne. La terre s’engourdit aux premières gelées et échappe petit à petit au contrôle humain. C’est une saison d’inactivités pour la société paysanne traditionnelle.
Le temps est venu pour les veillées, lieu privilégié de la transmission du savoir mythologique, mais aussi creuset de toutes les terreurs. Au cœur de la nuit noire pour faire front aux maléfices du dehors, les maisons devenaient les seuls lieux de vie, par opposition à l’extérieur, domaine des morts et des esprits.
Dans cette ambiance de mystère, on comprendra que la peur ait pris des proportions considérables en étant amplifiée par les imaginations surchauffées.
Bien sur, les veillées n’étaient pas uniquement axées sur la peur et le mystère, mais ce contexte éprouvant a permis une fermentation en vase clos du mythe des vampires.
Cette peur de la nuit et de l’obscurité s’explique aisément par l’action de deux facteurs. D’une part, l’être humain est très démuni avec sa vision nocturne très réduite, d’autre part, la Nature l’a généreusement pourvu d’une puissante imagination.

La peur dans l’obscurité devient alors la peur de l’obscurité.

Au fond, il n’existe qu’une peur, celle de la mort. G. Delpierre

La mort et les défunts sont craints, intimement liée à la croyance magique en la « contagiosité de la mort ». Mais, plus encore, c’est la crainte du retour des morts qui est mis en relief. Et s’il est perçu comme maléfique, c’est que les morts en revenant à la vie franchissent le seuil de l’interdit. C’est une violation blasphématoire en regard de la loi naturelle.


Définir l’état vampirique :

Définition venant du folklore (la plus commune) : Un être qui sort du tombeau pour sucer le sang des vivants.

Définition du symbolisme du vampire : Le vampire tue le vivant en lui prenant sa substance, il ne survit que par sa victime. L’interprétation se fondera ici sur la dialectique du persécuteur-persécuté, de l’avaleur-avalé. Le vampire symbolise l’appétit de vivre, qui renaît chaque fois qu’on le croit apaisé et que l’on s’épuise à satisfaire en vain, tant qu’il n’est pas maîtrisé. En réalité, on transfère sur l’autre cette faim dévoratrice, alors qu’elle n’est qu’un phénomène d’auto-destruction. L’être se tourmente et se dévore lui-même ; tant qu’il ne reconnaît pas responsable de ses propres échecs, il imagine et accuse un autre. Lorsque, au contraire, l’homme est pleinement assumé, qu’il exerce pleinement ses responsabilités, qu’il accepte son sort de mortel, le vampire s’évanouit. Il existe, tant qu’un problème d’adaptation à soi-même ou milieu social n’a pas été résolu. On est alors, psychologiquement rongé… dévoré, et l’on devient un tourment pour soi-même et pour les autres. Le vampire symbolise une inversion des forces psychiques contre soi-même.

Définition de Montague Summers : Ce mort-vivant a un corps qui est son propre corps. Il n’est ni mort ni vivant, mais vivant dans la mort. Il est une anomalie ; un androgyne dans le monde spectral, un paria parmi les monstres.

Le vampire mythique n’a rien a voir avec le séduisant et racé comte Dracula du cinéma, qui lui-même n’en est qu’une ridicule caricature. C’est bien au contraire une créature indicible, un être affreux à faire peur. Il est maigre et poilu, avec une tignasse rouge et hirsute, et une fois repu, il devient gras à en éclater. Le sang alors lui coule de la bouche, du nez et des oreilles. C’est un cadavre ambulant, avec tout ce que cela suppose d’abject et de répugnant.
Il a le corps mou, la peau molle à la pâleur morbide. Il est froid comme la glace, ses dents acérées brillent dans l’obscurité, entre ses lèvres rougeoyantes à la sensualité obscène, alors que sa peau est légèrement phosphorescente. Ses ongles sales et encroûtés de sang séchés sont comme des serres, de véritables griffes. Son haleine est fétide et pestilentielle, elle exhale des relents de tombeau et de décomposition. Sa posture est à peine humaine, et il n’est pas rare de le voir se déplacer à quatre pattes comme un animal. Il grogne comme un porc, siffle comme un serpent, feule comme un chat furieux. Mais il peut aussi se donner des airs de vivant pour mieux tromper ses victimes et endormir leur méfiance, notamment lorsqu’il se présente à sa famille.
Bien que d’apparence chétive et fragile, le vampire est doté d’une force extraordinaire qui lui permet de soulever aisément la lourde dalle de son tombeau. Parfois facétieux, il lui arrive de jouer les fantômes. On dit que les chiens tombent en arrêt devant lui. Il voit parfaitement dans l’obscurité la plus totale et se déplace à la vitesse du vent.
Ils peuvent être anthropophages et nécrophages.

Très peu de rapports font mention des fameuses dents développées, cela a été plutôt popularisé par le cinéma. Selon les superstitions, le vampire boit le sang a travers la peau, laissé une marque bleuâtre, et non en les mordant.



La sexualité du vampire :

Le vampire mythologique, laid et repoussant, n’est guère à son avantage dans le domaine de la séduction. S’il copule, ce n’est pas pour procréer, puisque étant considérés comme des créatures infernales, ils ne peuvent pas se reproduire. La vie étant l’apanage de dieu. Cela n’empêche pas au vampire d’avoir une sexualité très forte, car il a des besoins érotiques intenses. L’union est violente et sauvage, le vampire n’ayant que du mépris pour les sentiments humains. Il ne peut que s’agir d’un viol.

La destruction du vampire :

Ail :
Déjà les égyptiens antiques se protégeaient des esprits maléfiques par une décoction d’ail mêlée à du miel. Au Moyen Âge en Europe, les paysans en usaient pour éloigner les spectres. Selon les traditions d’Europe centrale, un collier de fleurs d’ail éloigne les vampires, de même qu’un bouquet d’ail accrocher à la tête du lit. Par contre la guirlande de gousses d’ail est un apport purement littéraire et cinématographique.

Le sang du vampire, de même que la terre qui a été à son contact, avait la réputation d’être un contre-poison au vampirisme.

La destruction du vampire pouvant sauver ses victimes mordues mais non encore décédées, la plus grande célérité est requise.

L’usage de la croix n’est pas aussi indispensable que semblent le croire certains auteurs, et les traditions populaires ne le préconisent assez rarement.

Un moyen assez efficace était de tuer deux fois le vampire : en lui enfonçant le pieu dans le cœur, et en le brûlant ensuite. On peut lui planter un long clou ou une aiguille dans la tête, pour détruire l’âme qui est supposée y résider.


Voici le rituel le plus efficace pour détruire un vampire :
On commençait par mettre des fleurs rouges, pour entraver l’esprit
(les fleurs rouges sont ici des substituts du sang qui était jadis offert au cadavre pour le nourrir). Le vampire était ensuite cloué au fond de son cercueil par de longues pointes de fer (parfois rougies au feu). Des clous étaient enfoncés dans ses yeux. Quelquefois, on lui brisait les membres, et l’intérieur du cercueil était peint en rouge (dans l’espoir que le vampire s’en contenterait et renoncerait au sang). Un pieu de bois (souvent durci au feu) était enfoncé dans sa poitrine, à l’endroit du cœur (ou directement dans sa tête, puisque si la tête est le séjour de l’âme, le cœur en est le réceptacle). Le corps était souvent décapité et on remplissait sa bouche d’ail, voire de terre ou de sable. Dans certaines régions, des croix étaient calées sous les bras. Parfois le corps était allongé sur le ventre, et un long pieu enfoncé au niveau de la poitrine le clouait au fond du cercueil.
Dernières précautions : on pouvait arracher le cœur du vampire et le brûler ou le faire frire dans l’huile, semer des graines dans le cercueil et le cimetière.
Enfin, le corps était souvent brûler ou recouvert de chaux vive, et enterré a un carrefour. De lourdes pierres étaient parfois placées sur les restes du corps, ou sur la tombe.



Le vampire Antique :

Le loup-Garou :
Les loups-garous sont censés après leur mort naturelle, devenir des vampires. Cette croyance est très ancienne, et la différenciation entre ces deux catégories de monstres mythiques ne s’est faite qu’à partir des XVIIe-XVIIIe siècles. Auparavant, et particulièrement dans l’antiquité, ils étaient souvent confondus. L’un et l’autre étaient accusés de provoquer des orages, la grêle, la famine et les épidémies.
En clair, le loup-garou et le vampire seraient la même créature. La seule différence est que l’un est vivant et l’autre mort.

Adam :
Selon Balthazar Bekker, Adam lui-même serait le père des premiers vampires, qu’il aurait engendrés par ses fornications avec des succubes, des spectres et des fantômes.


Sakhmet :
L’Egypte antique connaissait une terrible déesse que l’on pourrait qualifier de vampire. Il s’agit de Sakhmet, aspect de la triade Hathor (la Vache-Céleste), Sakhmet (la Lionne), Bastet (la Chatte). Sakhmet avait un mufle de lionne. Elle était surtout adorée sous le nom de Déesse du nord, car l’un de ses temples les plus célèbres se dressait tout au nord de l’éternelle Egypte. Elle pouvait devenir furieuse, et son souffle détruisait tout sur son passage. Elle était la déesse du sang et présidait à la guerre et à la médecine. Sakhmet s’abattait sur les champs de bataille pour s’abreuver du sang des guerriers. Elle était tellement avide de sang qu’elle provoquait elle-même toutes sortes d’affrontements guerriers pour assurer son ravitaillement. Régnant sur le sang humain, elle pouvait l’altérer à volonté, le faisant sur plusieurs générations d’une même famille quand elle voulait exercé une vengeance.
De la douce Bastet, déesse de l’amour, elle pouvait devenir Sakhmet, dame de la guerre, libérant son cortége de fléau et de maladie.


Lilitû :
Le panthéon assyrien possédait aussi, dans les rangs de ses démons et génies, la démone succube Lilitû, ancêtre des empouses, des goules et des vampires. Lilitû devint la Lilith hébraïque, et les Romains en firent Lamia, goule nécrophage et reine des succubes.

Vrykolakas :
Vrykolakas, dont le nom a été francisé en « broucolaque », est en fait un terme de la langue slavonne qui signifie « loup-garou », mais qui désigne aussi les morts préservés de toute corruption cadavérique et qui sortent de leur tombe. Loups-garous et vampires étaient souvent confondus, ce qui explique le double sens de ce mot. D’abord vampire diurne, il devint par la suite une créature de la nuit buvant systématiquement le sang des vivants. Il se rapproche du pryccolith valaque, et par là même du loug-garou, en dévorant sa proie. Au départ le vrykolakas n’était qu’un cadavre qui ne se décomposait pas et sortait de sa tombe pour se livrer à quelques facéties sans conséquences. Par la suite, l’Eglise se servit de cette croyance pour accroître sa puissance et son empire sur le peuple. Elle menaçait les candidats potentiels à l’excommunication de voir leur corps ne pas retomber en poussière et donc de ne pas trouver le repos, et de devenir vrykolakas. Cette peur, ajouté à la croyance en la malveillance des Ombres, fit du vrykolakas un vampire, provoquant des cauchemars en s’asseyant sur la poitrine des dormeurs, et ne se contentant pas de sucer le sang de ses victimes mais aussi les dévorant.



Du Moyen Âge au XVIIIe siècle :

Au Moyen Âge, la peur des vampires prend des proportions considérables. Pourtant, les documents restent rares à leur sujet. Il faudra attendre le XIe siècle pour entendre véritablement parler de cadavres sortant de leur tombe pour tourmenter les vivants, leur sucer le sang ou les dévorer. Au milieu du XIIe siècle, la chronique anglaise rapporte que « les vampires étaient devenus si nombreux en Angleterre qu’on dût les brûler par grappes entières ». Dans les pays slaves, dans de nombreuses tombes datant du XIe au XIIIe siècle, les corps sont immobilisés par des pierres, attestant de l’ampleur de la crainte des revenants et vampires.
Nous sommes à une époque où l’Eglise terrorise les populations avec ses visions infernales. La répression s’installe, les chasses aux sorcières s’organisent. C’est l’heure des premiers bûchers. L’insécurité est partout, et le monde nocturne se peuple d’esprits maléfiques, de goules, de loups-garous, d’empouses et de vampires. Ils sont souvent confondus et rejoignent la horde déjà nombreuse des démons de tous poils.
En ses temps de guerres, de famines, de terreurs mystiques et de superstitions, un autre spectre fait son apparition : la terrible peste noire. Ce fantôme blafard parcourt les campagnes en semant la mort sur son passage. Elle ravage l’Europe de 1346 à 1353, et fait quelque vingt-cinq millions de victimes, et environ autant en Asie. Elle est considérée comme un châtiment divin ou une manigances du Diable. Elle est alors propagé par les vampires, et on ne connaît aucun remède. On croyait alors que la peste flottait dans l’air comme une brume malsaine. Dans le ciel apparaissait le spectre de la maladie comme une grande forme grossière et ricanante.

Au Proche-Orient, ce sont surtout les goules qui ont la vedette, créatures hideuses venues sucer le sang des enfants, dévorer les cadavres ou épuiser les hommes les plus vigoureux par leurs sollicitations sensuelles.
Ces créatures mal ou femelles s’apparentent aux vampires et loups-garous. Le mot arabe « ghul » a une racine identique au slave « ogoljen », signifiant littéralement « dénudé » ou « dépouillé ».
Ces termes trouvent une commune origine dans le sanskrit « g-iod-l », qui exprime l’idée d’une mise a nu pour un corps humain, mais aussi de dépouillement pour un animal, de mue pour un reptile, etc.
Bien que « goule » soit le plus souvent entendu au sens de nécrophage, la plupart des légendes mettent en scène de séduisant vampires se nourrissant de sang frais et de chair vive, ou de lambeaux arrachés à des cadavres dont l’état de composition n’importe guère.



Au XVIIIe siècle :

Le XVIIIe siècle va en quelque sorte consacrer le vampire et répandre son mythe. C’est dans un article du numéro du 3 mars 1732 de la revue franco-hollandaise Le Glaneur qu’apparaît pour la première fois le mot « vampire » en français. La même année, un article du « London Journal » du 1 mars fait entrer ce mot dans la langue anglaise. C’est aussi à cette époque qu’il se distingue et se différencie définitivement du loup-garou, et qu’il acquiert sa dénomination désormais universelle. Finis les oupires, striges, revenants en corps et autres empouses : seul reste le vampire.
Le « siècle des lumières » vit naître un florilège de traités sur le vampirisme en occident, qui vont constituer, malgré leurs erreurs et leurs imprécisions, la première base sérieuse du travail pour les chercheurs de l’avenir. Ce succès soudain des vampires va aussi amener peu à peu la constitution d’une caricature du vampire, confirmé et amplifiée, à la fin du siècle suivant, par le roman de l’Irlandais Bram Stoker : Dracula. C’est malheureusement cette quasi-parodie qui sera reprise et consacrée ensuite par le cinéma.

Le vampire moderne était né.



Le symbolisme du vampire :

Le symbolisme du vampire se rattache au culte du sang, force de la vie et véhicule de l’âme.
Il est au sens commun un monstre. Mais si le vampire est un monstre, il est au vrai sens du terme, il est différent, hors normes.
J’ai donné plus haut la définition de son symbolisme.
Mais la symbolique du vampire ne se résume pas à cela. Au-delà de son symbolisme dans le contexte chrétien, au-delà de la signification érotico-magique de sa morsure et de son rapport au sang, il acquiert une dimension cosmique.
Il est en effet un être intermédiaire, ente vie et mort, entre réel et imaginaire, un habitant de ce mystérieux univers intercalaire que les traditions appellent « Autre Monde ».
Tout pourrait d’ailleurs se résumer à sa tombe. Ce séjour des morts est pour lui synonyme de vie et de sécurité. Il ne s’agit pas uniquement d’une inversion des valeurs traditionnelles des vivants : il a connu la mort et en est revenu ; mortel et immortel à la fois, il n’appartient en fait ni à la vie ni à la mort. Son univers est l’infiniment grand. Et cette tombe a un rôle magique fondamental. Elle symbolise le monde nocturne et chthonien, mais elle est aussi un imago mundi, une image du monde.
Par sa partie supérieure qui représente la voûte céleste, sa partie inférieure, la terre, et ses parois, l’horizon et les points cardinaux, elle est un tout.
Il participe ainsi au monde chthonien et à l’ouranien, à l’infiniment grand et à l’infiniment petit.
Par sa nature intermédiaire, ni mort ni vivant mais vivant et mort à la fois, il est l’expression de la complexité du monde, au sens mathématique du mot « complexe », où imaginaire et réalité ne font qu’un. Il incarne aussi la complexité de l’esprit humain et son infinité.

En bref, il est à l’image de l’univers et personnalise le devenir spirituel humain qui pousse l’être à se dépasser, à transcender la matière et le temps pour dépasser les contingences matérielles et faire un avec l’univers.



Petit lexique :

Lycanthropie : C’est une maladie psychiatrique monomaniaque où le malade se croit changer en loup. Le terme « lycanthrope » vient lui du grec lycos (« loup ») et anthropos (« homme »).

Garoudisme : Transformation magico-religieuse en loup.





Source : ce post est une synthèse du livre B.A.-BA des vampires de Jean-Paul Ronecker


_________________
On est ce que l'on croit. A l'instant où vous ne croyez plus, vous êtes perdu.


Dernière édition par Deraguone le Ven Nov 03, 2006 10:54 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Fredericus
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 29 Juil 2006
Messages: 2521
Localisation: A la droite de Thehuti, aux pieds de Maât

MessagePosté le: Sam Oct 21, 2006 11:44 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Bravo , maître Deraguone


Voici un topic comme je les aime. Complet et sans complaisance pour les images d'Epinal.

Citation:
Au fond, il n’existe qu’une peur, celle de la mort. G. Delpierre


C'est phrase fait écho pour moi avec une autre de Le Goff :

Citation:
« Auparavant, l’étude de textes et d’images du XVe s. a permis de poser la question : les hommes et les femmes de la fin du Moyen Âge croyaient-ils encore à l’enfer ? Cette croyance, malgré les efforts de l’Eglise, semble alors très atténuée. C’est que les chrétiens, manifestant l’apparition d’une sensibilité moderne, avaient maintenant moins peur de l’enfer que de la phase précédent l’au-delà : la mort elle-même ».


(LE GOFF (J.). — Au-delà. In : LE GOFF (J.), SCHMITT (J.-C.). — Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval. Paris : Fayard, 1999, p. 102)

Amitiés

Fredericus Coriarius
_________________

Merythathor-Iahhotep Envoûtements
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Horapollon
~°Allié(e) Magique°~


: :
Inscrit le: 14 Fév 2006
Messages: 1532
Localisation: Inconnue

MessagePosté le: Dim Oct 22, 2006 6:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Sujet bien complet. :super:

Par rapport à la chrétienté, il y avait cette église d'orient qui mettait en scène le Vrykolakas, vampire grec, c'est à dire que pour les orientaux, un chrétien excommunié(peut même occidental mdr) ou suicidé(broucolaque) était censé se relever de son tombeau les nuits et terrorisé les vivants, si quelqu'un répond à sa première voix, le spectre disparaît, mais celui qui lui a parlé meurt infailliblement.

Une manière pour l'église de faire peur à tout ceux qui refuseraient les sacrements made in Byzance.

C'était surement une réactualisation des lémures, ces morts qui viennent tourmenter la conscience des gens.

Ensuite effectivement on retrouve toutes ces créatures vampires, loups-garous, lièvres effrayants, dans un grand mix de légendes d'appelations d'origines controlées, le coktail étant définitevement diabolique.


:coucou:
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Deraguone
*Membre d'Honneur*


: :
Inscrit le: 30 Déc 2005
Messages: 641
Localisation: Dans mes pensées...

MessagePosté le: Lun Oct 23, 2006 9:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci !!! :rouge:
_________________
On est ce que l'on croit. A l'instant où vous ne croyez plus, vous êtes perdu.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
voyageuse
Membre en Promenade



Inscrit le: 01 Juil 2010
Messages: 48

MessagePosté le: Jeu Juil 01, 2010 6:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

merci pour cet article passionant (bien que ardu pour une débutante comme moi, lol). :bisous:
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
~Helloyse~
*Membre d'Honneur*


: :
Inscrit le: 01 Fév 2010
Messages: 883
Localisation: Dans les abysses

MessagePosté le: Sam Juil 03, 2010 3:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Comme je l’ai dit, le faite qu’un vampire se transforme en animale vient de l’imagination des auteurs de roman et des scénariste de cinéma, et n’a aucun autre fondement…..
…..A part quelques très rares exceptions.

Chauve-souris : paradoxalement la plus connue de ces transformation et pourtant la plus rare qu’il soit dans les traditions. Le seul endroit où on reconnaît cette transformation est la tribu africaine des Loango.

Insecte : C’est en Asie ou on le reconnaît se transformer en insecte.

Loup et chien : On retrouve ces transformations dans certaines traditions européennes.


Alors oui l'insecte suceur de sang.. La chauve souris n'existe pas dans les légendes slaves mais sinon les vampires peuvent se transforme en papillon [symbole de la part d'âme reste sur terre] ou parfois en chat car celui ci est porteur de démons

Ensuite non le loup et le chien ne sont pas des traidion uniquement d'europe mais bien aussi slave et roumain il n'y a qu'a voir le pricolíci et le vârcolác.

Citation:
Définition venant du folklore (la plus commune) : Un être qui sort du tombeau pour sucer le sang des vivants.


Je ne suis pas d'accord... les premières légendes reprennent des esprits éclatants les hommes contre les murs pour faire sortir le sang et s'en nourries. Ils étaint bien des esprits et non des revenants sortants de leur tombes cette notion est apparu bien plus tard....

Citation:
ils ne peuvent pas se reproduire


Je suis désole de vous contredire mais certain Stigoii sont des vampire vivants pouvant se reproduire...

Ensuite je prendrais l'image de l'incube qui devient succube pour moi, ils font parties des vampire/démons et se reproduise bien.

Citation:
L’usage de la croix n’est pas aussi indispensable que semblent le croire certains auteurs, et les traditions populaires ne le préconisent assez rarement.


Je dirais meme plus cela est inutile... Ou alors dans un seul cas précis si le cadavre est animé par un démon ou articulé par le malin.. Dans ce cas la nous utiliserons croix eau bénite et tout le tralala. L'exorcisme a lieu et tout est fini... Si par contre il s'agit d'un Vampire sorcier ca ne sert a rien... les cimetières slave on était christianisé il y a des croix partout et ca n'empêche pourtant pas le vampire de sortir

Citation:
On commençait par mettre des fleurs rouges, pour entraver l’esprit (les fleurs rouges sont ici des substituts du sang qui était jadis offert au cadavre pour le nourrir).

Ah ceci est une vieille superstition roumaine (que je dirais a 2 francs six sous ><) enfaite plus precisement on remplissez le cercueil de fleurs rouge pour servire de substitut au sang et le vampire a son réveille ne pourra pas s'empeche de les compter j'ai lu dans un manuscrits taoiste que chez eux c'etait du riz.

Citation:
Des clous étaient enfoncés dans ses yeux

Je n'est jamais entendu parle de cette etape...

Citation:
les membres, et l’intérieur du cercueil était peint en rouge

Seulement l'intérieur la même technique que les fleurs rouge entre autre.

Citation:
Le corps était souvent décapité et on remplissait sa bouche d’ail, voire de terre ou de sable


D'ail je ne pense pas.. On utlise certes des produit a base de fleur d'ail mais les chapelet d'ail et autre sont nouveaux... La terre de cimetière oui sinon on lui foure le linceul dans sa bouche... Ma belle famille dit que si on se trouve dans un cimetière et que le silence est complet on peut entendre la mastication des cadavres d'ou leur surnom de "mangeur de linceul'

Citation:
Parfois le corps était allongé sur le ventre


Oui comme ca si il arrive a enleve la terre ou le linceul il retournerait vers l'enfer et non les vivants si je me souviens bien.

Citation:
Dernières précautions : on pouvait arracher le cœur du vampire et le brûler ou le faire frire dans l’huile

Je suis désolé ceci n'est pas une précaution, ceci est une protection on faisait frire le foie car généralement le cœur était plante d'un pieu... (mais ca dépend des cas) dans de l'huile et du vin rouge PUIS le brulé et la famille respire la fume pour les protéger au cas ou le vampire arriverait a revenir.

Citation:
Le loup-Garou :

Ah vous vous attaquez a une notion bien difficile le vampire mort ou vivant ainsi que le loup garou... je ne connais pas le lycan grecque seulement celui de Roumanie et ce qu'on m'en a raconte ma famille...

Les loups garous sont des sorciers recouvert de poils et qui ressemblerais a des loups... Au dela de la notion de l'église les Roumain on peur des lycan ainsi que des vampire il font partie du "monde des ténèbres". Quand je vois les nouveaux films lycanVSvampries ca me fait sourire car dans les légendes, ils se battraient cotes a cotes lors de la nuit de la St André pour garder les portes ouvertes (votre samhain wicca/celtique) La grêle et autres ce sont les strigoii et particulièrement les femelles, le don le plus connu du loup garou et de "créer un double a forme de loup" pendant qu'il dort. Voila une autre raisons pourquoi les loups sont aussi a la fois craint et respectés la bas.

Le loup chez les roumains mais c'est écris en roumain désolé...

http://www.facebook.com/note.php?note_id=169120841830

Ensuite quand un loup garou deviens vampire ce n'est pas un vampire quelconque c'est un vampire sorcier avec des pouvoirs tel un demi-dieu immortel apportant la peste la ou il passe c'est LA créature diabolique par excellence, LA tète a abattre car utilisant ses pouvoir il peux facilement prendre une apparence humaine digne et n'a pas les contrainte du vampire "classique". On peur dire que c'est le pere de nos vampires fantastiques.

Apres en parlant de la chrétienté apres il fut dis que c'est sois disants sorciers aurais fait un pacte avec le malin qui aurait rallongé leur vie mais bien évidement une imitation de vie car seul dieu créateur pourrait accorder la résurrection néanmoins cette idée est reste dans la paperasse des églises mais la population est reste dans la tradition païenne du vampire.

Citation:
Lilith

Je sais plus dans qu'elle pays on dit que lilith est une des mères des vampires car si un homme venait a rependre sa semence sur le sol et que celle ci serait recouverte en terre cela donnerais naissance a une créature vampirique.

Citation:
Vrykolakas


Vrykolakas est le terme grecque et non slave.
Vukodlaksera est le terme classique même si il existe plusieurs mot a étymologie différente.

D'ailleurs je pense que le mot grecque vient du slave et non l'inverse a verifier...

Eu spun, eu aud. Wink
_________________


Dernière édition par ~Helloyse~ le Sam Juil 03, 2010 4:58 pm; édité 3 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Vrilraven
Membre prenant racine



Inscrit le: 08 Aoû 2008
Messages: 89

MessagePosté le: Sam Juil 03, 2010 4:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est très intéressant ce que tu soulignes à propos des vampires sorciers et/ou sorciers adeptes de la métamorphose, cela corrobore ce qu'il m'a été donné de connaître concernant ces êtres si étranges mais dont l'existence dépasse de loin (au moins sur certains plans de la réalité) ce que la littérature ou le cinéma a imaginé d'eux. Mon intervention est une sorte de témoignage bien que je suis conscient que témoigner ici n'apportera pas grand chose, d'ailleurs cela me semble tellement difficile à croire que je comprendrai les réactions négatives mais c'est juste pour attirer l'attention sur le fait que l'être humain a des ressources illimités qui restent inexploitées.

Je ne saurais dire si tous agissent de la même façon mais le petit groupe de sorciers que j'ai connu suite à de nombreuses recherches qui se réclament d'une tradition anciennes sont parvenus à atteindre un état vampirique et la faculté de se métamorphoser. Mais bon dans le monde de nombreux sorciers sont capables de se métamorphoser, nous sommes juste un peu (beaucoup) coincés en France sur ces sujets car le materialisme scientifique a fait des ravages en imposant des limitations dans nos esprits et je dois avouer que nous sommes bien moins bosseurs que certains sorciers lorsqu'il s'agit de pratiques occultes nécessitant le sacrifice d'une vie dans la société et de nombreux petits conforts...

Ces sorciers ( on va continuer à les appeler ainsi) ont réussi cela suite à une ascèse (très) difficile qui a duré plusieurs années couronnées finalement par un rite secret d'incorporation très particulier. L'ascèse vise principalement à préparer ce rite, le receptacle qui va accueillir l'entité spécifique et à capter les éléments d'une façon particulière permettant une fluidité de la forme humaine. Certains parviennent à l'état vampirique, d'autres à celui de la métamorphose unique et les plus doués peuvent prendre n'importe quelle forme. Cette dernière catégorie est très rare même chez les chamans toute tradition confondue car il faut avoir fait un travail surhumain sur soi. L'entité est considérée comme démoniaque ce qui expliquerait certaines choses par rapport au comportement marginal de ces sorciers dont la vie elle-même devient en quelque sorte " surnaturelle".

Dans la tradition thaï, les Lersi vivent un peu la même ascèse qui dépasse rarement 3 à 5 ans qui les préparent à être incorporés par un deva ce qui leur transmet des facultés étonnantes. Il existe aussi chez les amérindiens des pratiques semblables et je le pense dans de nombreuses autres traditions.

Bien à vous,
Vrilraven
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail
Serval
Membre en Promenade



Inscrit le: 06 Juil 2010
Messages: 20

MessagePosté le: Mer Juil 07, 2010 8:11 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'ai pas très bien compris, tu dis qu'il faut accueillir une entité en nous pour se métamorphoser c'est ça ?
Pour quoi faire ?
La métamorphose est quelque chose qui est en nous, pas besoin de faire un pacte avec quoi que ce soit pour le découvrir..

Pour le sujet des vampires, j'ai survolé, mais j'ai vu que vous ommettiez une espèce de vampire bien plus discrète et tout aussi dangereuse, les vampires psychiques.
Hors contexte des mythes, ce sont des gens capables d'absorber l'énergie d'autrui afin de s'en nourrir, ce parfois inconsciemment, rendant certaines personnes totalement esclave car il leur prime de volonté propre.
Parfois ils utilisent une compagne pour ce faire, et c'est pas beau à voir.
il possède un charisme puissant, qui va de paire avec se "suction" d'énergie. Il agit un peu comme les larves, sauf qu'il est beaucoup plus dangereux, de chair et de sang, et bien moins facile à se débarrasser.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
~Helloyse~
*Membre d'Honneur*


: :
Inscrit le: 01 Fév 2010
Messages: 883
Localisation: Dans les abysses

MessagePosté le: Mer Juil 07, 2010 8:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
une espèce de vampire bien plus discrète et tout aussi dangereuse, les vampires psychiques.


Citation:
Hors contexte des mythes, ce sont des gens capables d'absorber l'énergie


Tss tss tss ^_^ Le vampire psychique fais partie intégrante de la mythologie slave et est bien un vampire et non un humain d'ailleurs les vampire psychique sont généralement des esprits en Roumanie et non des "revenant" mais ils on toute les caractéristique du vampire (sauf la grande réparation qui sera différente vue qu'ils sont esprit)

Ensuite je suis désole n'importe qu'elle humain est capable de "vampiriser" l'énergie de son prochain cela n'en fait pas un vampire pour autant.. Ce que vous appelez VP sont juste des hommes a mauvaise habitude... Rien a voir avec LE vampire

Mais ceci est juste mon avis bien sur ^_^

Pas besoin de pacte avec X entité ca c'est des baliverne, le sorcier se change avec ses propres pouvoir, il n'est pas sorcier pour rien Very Happy
Pareille pour les sorcières mais on appellera ca stryge
_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Serval
Membre en Promenade



Inscrit le: 06 Juil 2010
Messages: 20

MessagePosté le: Mer Juil 07, 2010 9:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Si tu peux développer un peu ton point de vue sur le vampire psychique, ça m'aiderait à cibler mes questions, j'ai peur qu'il y ait confusion sinon.

Citation:
Ensuite je suis désole n'importe qu'elle humain est capable de "vampiriser" l'énergie de son prochain cela n'en fait pas un vampire pour autant.. Ce que vous appelez VP sont juste des hommes a mauvaise habitude... Rien a voir avec LE vampire


N'importe quelle humain est capable de vampiriser l'énergie d'autrui c'est vrai, mais un vampire psychique humain, le fait à un échelle bien plus importante.
J'ai connu une amie qui était en couple avec l'un deux, et il y a autant en commun entre "n'importe qui" et un vampire psychique qu'entre un poisson et un requin.
N'importe qui n'a pas le charisme qu'il faut pour rendre quelqu'un son esclave sans le moindre effort, et les doses d'énergie qu'il inspire par rapport à n'importe qui, c'est du moustique au vampire pour continuer les métaphores.

Ensuite, j'attends que tu parles de ta version des vampires psychiques pour continuer, parce que je pense que sur le fond nous sommes d'accord mais que la forme est un peu floue pour le moment Wink

Le pacte avec une entité n'est pas une baliverne, ça peut se faire, c'est juste que c'est inutilement dangereux..
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
~Helloyse~
*Membre d'Honneur*


: :
Inscrit le: 01 Fév 2010
Messages: 883
Localisation: Dans les abysses

MessagePosté le: Mer Juil 07, 2010 9:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Le pacte avec une entité n'est pas une baliverne, ça peut se faire, c'est juste que c'est inutilement dangereux..


Si on fait un pacte avec un démon notre cadavre sera anime mais nous ne serons plus humains ca ne sera juste plus qu'une marionnette deja que le vampire cadavérique n'a pas beaucoup d'esprit le cadavre anime n'est rien c'est ce que je citais dans l'utilisation de l'eau benite and co

Un vamprie psychique est avant tout un vampire ca veux dire :
immortelle
capacité de se glisser partout
et dans la superstition craignant un certain nombre de chose...

Un vampire psychique pour vois n'est rien d'autre qu'un humains qui puisse dans les resserves des autres, d'un cotes j'ai envie de dire c'est le mec qui a tout compris : 'pourquoi utiliser mon énergie alors que je peux aller la chercher dans les autres" bien sur il faut l'éthique spécial qui va avec.

Mais bon je comprend qu'on peut encore être étonné de la pourriture que sont certaines personnes.

Si tous les politiciens grand manipulateurs romantique a 2 balles et autre se mettent a devenirs des vampires pour leur charismes et attendrir la méfiances c'est quand meme un peu gros pour moi Very Happy

C'est vrais que je suis pas très compréhensive Crying or Very sad
_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Serval
Membre en Promenade



Inscrit le: 06 Juil 2010
Messages: 20

MessagePosté le: Mer Juil 07, 2010 9:31 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Si on fait un pacte avec un démon notre cadavre sera anime mais nous ne serons plus humains ca ne sera juste plus qu'une marionnette deja que le vampire cadavérique n'a pas beaucoup d'esprit le cadavre anime n'est rien c'est ce que je citais dans l'utilisation de l'eau benite and co


J'ai envie de dire que ça, ce sont des balivernes.
Celui qui sait s'y prendre peut très bien nouer un pacte sans pour autant devenir un légume, et repousser sa date de "pérremption" à la fin de sa vie de chaire. De plus, un pacte avec un démon ne nécéssite pas nécéssairement notre âme, faut pas pousser les clichés trop loin non plus.

Votre vampire psychique a-t-il des caractérisques physiques précises ?
Et quels sont vos sources concrètes de ce que vous avancez ?
Il est inutile de spéculer dans le vide, je ne nie pas que ce que vous dites est faux, mais s'il n'y a rien de concret, ça n'aboutira jamais.

Ensuite, vous semblez sous-estimez de très loin la puissance de ce dont je parle, sans-doute n'en avez-vous jamais vu.
Ce vampire psychique humain, à défault d'être immortel, ne craint pas l'eau bénit et cie, de plus c'est un humain, donc difficile de s'en débarrasser.
Ensuite, pour comparer sa force mentale avec à peu près celle tous les autres, ce serait vous en tant que souris et lui en cobra.
Vous n'êtes qu'une proie, il se déplace comme il le veut, et ce, dans votre esprit.
Son charisme, n'a rien de comparable avec un homme politique, c'est juste que vous êtes un métal, lui un aimant, une fois rencontré, vous ne pouvez que graviter autour de lui, à moi d'avoir la force de s'accorcher à autre chose et de s'en sortir avec l'aide de quelqu'un.

Si on compare votre vampire au mien, il me semble que le "juste voleur d'énergie" recouvre bien plus de problèmes que le votre.
M'enfin..
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Heru-Luin
~°Allié(e) Magique°~


: :
Inscrit le: 13 Juin 2006
Messages: 1670
Localisation: Chez Hirilaëlin

MessagePosté le: Sam Juil 10, 2010 11:13 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le topic des gens qui veulent se donner un genre ...

Je risque de reprendre des idées toutes faites (chers vampires psychiques, lises la Prophétie des Andes, ça vous replacera à votre rang), mais tous les êtres humains peuvent prendre et donner de l'énergie aux autres.

Les gens cherchent toujours de l'énergie ; certains puisent dans le Tout, d'autres n'y arrivent pas et piochent chez les autres (ou un mélange plus ou moins fort des deux).

Les vampires psychiques sont tellement coupés de la Source qu'ils ne savent que piquer l'énergie des autres.
Forcément, si on vit dans un certain milieu, on évolue en conséquence : les plus remarquables sont ceux qui développent une aura de charisme assez impressionnante.


On a l'impression qu'ils font ce qu'ils veulent des gens, mais on oublie qu'ils vivent en fonction des gens, ils ne peuvent survivre seuls.
_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Serval
Membre en Promenade



Inscrit le: 06 Juil 2010
Messages: 20

MessagePosté le: Lun Juil 12, 2010 9:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Helloyse et moi avons continuer en mp, oui tout le monde peut puiser dans l'énergie des autres, mais il y a un degré dans la quantité et la manière de procèder.
Il faut surement en avoir vu un à l'oeuvre pour comprendre et arreter de le classer si bas, mais je ne vais pas me tuer pour vous convaincre :p
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
morgoth
*Membre d'Honneur*



Inscrit le: 11 Mar 2009
Messages: 918
Localisation: ici ou ailleurs qu'importe ? c'est le même enfer...Only God can judge me, not you : you're nothing

MessagePosté le: Lun Juil 12, 2010 9:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Il faut surement en avoir vu un à l'oeuvre pour comprendre et arreter de le classer si bas, mais je ne vais pas me tuer pour vous convaincre :p

Oui surtout que cela ne serait pas vraiment utile, un peu comme la digression qui a quelque peu noyé le post.
_________________


"ma seule étoile est morte,- et mon luth constellé porte le Soleil noir de la Mélancolie..."

alea jacta est.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum ésotérique de l Alliance Magique Index du Forum -> Dictionnaire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Design réalisé par éditions ésotériques l Alliance Magique éditeur ésotérique

Partenaires: lithothérapie - forum ésotérique - site ésotérique - annuaire ésotérique - formation lithothérapie - Arnaud Thuly Page Officielle - Recherche en ésotérisme - formation professionnelle lithothérapie - formation ésotérisme magie - blog ésotérique