Voir le sujet - Maitre Philippe de LYON (1849-1905) :: Forum ésotérique de l Alliance Magique
Boutique ésotérique en ligne l'Alliance Magique
Index - éditeur ésotérisme - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S'enregistrer - Messages Privés - Connexion
Maitre Philippe de LYON (1849-1905)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum ésotérique de l Alliance Magique Index du Forum -> Histoire de la Magie
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Invité







MessagePosté le: Jeu Juil 31, 2008 7:03 pm    Sujet du message: Maitre Philippe de LYON (1849-1905) Répondre en citant



Alors qu'à Paris tant de gens se proclamaient Mage, il ne voulut être que Monsieur Philippe. Alors que tous s'enorgueillissaient de vies antérieures illustres. Philippe lui disait qu'il avait été un simple pêcheur du lac de Tibériade. Pourtant, quelques temps avant sa naissance en 1849, sa mère s'était rendue auprès du curé d'Ars qui lui avait prédit: "Vous mettrez au monde un fils qui sera un être très élevé!".


Nizier Anthelme Philippe n'était qu'un petit paysan à Loisieux. Déjà se manifestaient ses pouvoirs sur les animaux et sur les maux de ses camarades. A l'âge de quatorze ans, il quitta la Savoie devenue française et se rendit pieds nus à Lyon chez l'un de ses oncles établi comme boucher au 22 rue d'Austerlitz à la Croix Rousse. Le jeune homme fit ses études à l'institution Sainte Barbe, puis à la faculté de médecine. De novembre 1874 à Juillet 1875, il travailla à l'Hôtel-dieu jusqu'au jour où l'on apprit qu'il était guérisseur, alors qu'il n'avait pas encore obtenu ses diplômes. On le mit alors à la porte. Mais il avait trouvé sa voie: Il serait Guérisseur.

Guérissant le fille d'un industriel Lyonnais, Philippe la demande en mariage. Il n'a rien, elle a tout. On le lui accorde. Et voilà comment le 06 Octobre 1877, à la mairie et en l'église de l'Abresle, le berger Nizier PHILIPPE épousa la princesse Julie Landar, fille d'un roi de l'industrie. Elle lui apporte la richesse, dont l'hôtel particulier sis au 35 de la rue de Tête d'Or. C'est là qu'il effectuera des guérisons spectaculaires Mais le curé d'Ars n'avait il pas annoncé ses dons de thaumaturge? De son vivant il eut comme disciples Sédir et le plus illustre de tous PAPUS.
Signalons cependant que Philippe qui avait sauvé tant de gens, ne put rien pour sa propre fille: "Je n'ai aucun pouvoir dès qu'il s'agit des miens. J'ai sacrifié ma fille. Je me suis enlevé le droit de guérir".

Jusqu'a l'âge de six ans, il dormit les yeux ouverts. Devenu berger, il traçait un cercle autour des bêtes qui ne le franchissaient pas. Il quitta la Savoie pour Lyon comme les petits ramoneurs de l'époque.

Dans sa jeunesse il donna des séance de magnétisme 117 rue Vendôme, puis 5 rue Masséna, ensuite rue Duquesne. En 1872, il ouvrit à l’actuel n°8 boulevard des Belges, un cabinet. Puis à l’Hôtel Dieu, il guérissait souvent des malades. Et les médecins s’étaient aperçus de ses interventions. Inscrit à la faculté de Lyon, sa réputation d’empirisme de la médecine l’avait suivi et lui fit tort. En ces temps de dogmatisme médical, le guérisseur de village était assimilé à un Sorcier. Par conséquent, refoulé de l’Hôtel Dieu, parce que faisant de « la médecine occulte », Philippe ne put obtenir son diplôme. Il se résigna donc à s’en passer.

Le 06 mars 1884, il fut nommé capitaine des Sapeurs Pompiers de l’Abresle. Le 23 octobre 1884, lui fut conféré le doctorat en Médecine par l’université de Cincinnati, dans l’Ohio, aux Etats-Unis. Le 15 janvier 1886, la Croix Rouge Française l’inscrivit sur son livre d’or comme Officier d’Honneur. Le 12 mai 1886, l’Académie Royale de Rome lui conféra le titre de Docteur en Médecine Honoraire. C’est en 1886 qu’il s’installa 35 rue Tête d’Or, où il donna des séances jusqu’en Novembre 1904.

En 1887 et en 1890, dates auxquelles il fut condamné deux fois pour exercice illégal de la médecine il fut traduit en correctionnel en 1892. Mais ce « Prophète qui n’est pas reconnu de son Pays » ne fut plus inquiété à partir de cette date. En 1901, après avoir diagnostiqué et guéri des malades en traitement dans un hôpital de Saint Petersbourg, les professeurs membres du jury lui décernèrent le diplôme de Docteur de Médecine militaire de Saint Petersbourg.

Monsieur Philippe fut une éminence grise en Sainte Russie. N’avait il pas écrit: « J’ai signalé entre autres la grande Duchesse Militza et son mari le Grand Duc Pierre. Tout deux sont des mystiques sincères, depuis le Tsar jusqu’au dernier moujik, depuis Tolstoï jusqu’au plus ardent des nihilistes ».

C’est ainsi que Monsieur Philippe devint cinq ans avant Raspoutine le confident du couple impérial et le maître occulte de toutes les Russies. Le tsar admirait son complet désintéressement « Nicolas II, écrit Papus, redoubla d’estime pour cet homme qui ne lui demanderait rien ».
Philippe meurt en 1905, l’année où Raspoutine fait son entrée à la cour de Russie. Comme l’écrit Jean Prieur:
« Si Philippe avait vécu, si le tsar l’avait rappelé en Russie, si le mage blanc avait pris la place du mage noir, que de choses auraient changé pour Nicolas II et les siens, pour la Russie et pour l‘Europe».
L’ascendant de Monsieur Philippe sur les souverains russes se trouva ultérieurement encore plus marqué à la suite de la réalisation d’une prophétie qu’il leur avait faite. Il s’agissait de la naissance d’un tsarévitch. Jusqu’alors l’impératrice n’avait eu que des filles, au grand désespoir de Nicolas II qui désirait la venue d’un héritier. Monsieur Philippe consulté par le couple impérial avait affirmé que la première naissance à venir serait celle d’un garçon. Ce fut ce qui se produisit en 1904, après une « fausse alerte » qui eut lieu, elle, dans le courant de l’année 1902 et dont les ennemis de Monsieur Philippe s’efforcèrent, mais en vain, de faire état pour lui nuire. Quand Monsieur Philippe revint à Lyon, il fut en proie à mille tracasseries de la part de la police secrète russe et du contre espionnage français. Il en souffrit beaucoup. Mais on ne peut retenir contre lui aucun acte politique contraire aux intérêts de la France et de la russie. Rappelons que Monsieur Philippe n’appartenait à aucune société secrète. Mais la plupart des animateurs du Martinisme furent ou sont ses fervents disciples.

On sait que Monsieur Philippe a toujours soigné gratuitement par la prière. Il n’impose pas les mains et ne touche pas ses malades ( plus d’une cinquantaine par jour) qui sont très pauvres en ces années difficiles. Il s’agit souvent de cas désespérés. Son leitmotiv est:
« Je suis le plus petit de tous, et si vous voulez que Dieu vous accorde ce que vous voulez, ne soyez pas orgueilleux, ne vous croyez pas quelque chose, ne soyez rien ».

Sa religion était la charité. Et cet alchimiste élabora dans le secret de son laboratoire, au n°6 de la rue du bœuf, au bas de la colline de Fourvière, une gamme de médicaments, activité interdite par les autorités mais plébiscitée par ses patients. Ce laboratoire consistait en une petite pièce et une cuisine. Son entrée en fond de cour a été murée. D’ailleurs cette rue du Bœuf parait avoir été à Lyon l’équivalent de la ruelle des alchimiste à Prague.

Enfin ces funérailles eurent lieu, le 05 août 1905, son corps repose au cimetière de Loyasse à Lyon, dans la sépulture de famille. Ce « divin père des pauvres » a accompli des prodiges tant avec sérénité qu’avec bonhomie. En toute simplicité, il se fait obéir des éléments. Devant lui, la nature semble s’incliner. Par exemple il appelle la foudre en présence du docteur Encausse. Et ce dernier qui en sera ému toute sa vie, la voie tomber aussitôt à leur pieds, dans la petite cour de la rue de la Tête d’Or, où il s’était installé.

Pour lui, l’homme a été créé sur la terre et sur bien d’autres terres, de même qu’il y a plusieurs ciels: « Le temps que nous passons sur cette terre est excessivement court; il est à peu prés d’une seconde en comparaison de notre existence sur les autres planètes. Il y a des planètes où l’existence dure des millions d’années et d’autres où, plus on vit, plus on devient jeune. C’est pour cela qu’il est dit: « Dans la maison de Dieu, il y a plusieurs demeures ».



Ref: Les maître de l’occulte par Alain PORET.



Dernière édition par Invité le Mer Sep 03, 2008 8:11 pm; édité 3 fois
Revenir en haut
Dante
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 24 Nov 2007
Messages: 4677

MessagePosté le: Jeu Juil 31, 2008 8:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Sammael pour ce post. Il y a pas mal d'autres choses à voir à Loyasse, ici à Lyon. C'est un peu notre Père-Lachaise.
_________________
Ma boutique, mes livres !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum ésotérique de l Alliance Magique Index du Forum -> Histoire de la Magie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Design réalisé par éditions ésotériques l Alliance Magique éditeur ésotérique

Partenaires: lithothérapie - forum ésotérique - site ésotérique - annuaire ésotérique - formation lithothérapie - Arnaud Thuly Page Officielle - Recherche en ésotérisme - formation professionnelle lithothérapie - formation ésotérisme magie - blog ésotérique