Voir le sujet - [Liliacées] Le Poireau :: Forum ésotérique de l Alliance Magique
Boutique ésotérique en ligne l'Alliance Magique
Index - éditeur ésotérisme - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S'enregistrer - Messages Privés - Connexion
[Liliacées] Le Poireau

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum ésotérique de l Alliance Magique Index du Forum -> Herboristerie -> Fiches de Plantes
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Dante
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 24 Nov 2007
Messages: 4677

MessagePosté le: Dim Avr 18, 2010 3:14 pm    Sujet du message: [Liliacées] Le Poireau Répondre en citant

Le Poireau [Allium porum] [Liliacées]


Synonymes : Porreau.

Etymologie : du bas latin, porellum, du latin classique, porum.

Il s’agit là d’une plante dont l’histoire est déjà fort ancienne, chose dont on ne se doute pas devant la consternante banalité qui l’habille… En apparence, seulement. Dépassons le stéréotype du poireau dépassant du cabas de la grand-mère à la superette du coin… Very Happy

Pour cela, il faut remonter à la haute Antiquité, chez les Egyptiens, plus particulièrement. Sous la IV° dynastie, très exactement. Khéops, alors pharaon [il y a de ça 4 500 ans environ] récompensa un médecin qui l’avait soigné d’une affection urinaire : il lui offrit comme récompense cent bottes de poireaux ! Fort estimé en Egypte, comme l’indique le papyrus des métiers, ainsi que la découverte de restes de poireaux dans des tombeaux égyptiens dont l’âge estimé est de 3 600 ans.
Bien entendu, leur aspect était très différent des poireaux que nous connaissons aujourd’hui : leurs feuilles étaient plus longues et plus fines.
Les Hébreux apprécièrent ses propriétés rafraîchissantes, il est mentionné dans le Livre des Nombres.
Grecs et Romains ne l’oublièrent pas non plus : il était, pour eux, aussi bien aliment que remède. Abondamment cultivé, il ressemblait alors à l’oignon blanc d’aujourd’hui. Hippocrate s’étendit longuement à son sujet : le poireau « augmente la diurèse, augmente le lait des nourrices et guérit la phtisie. » Il le préconisait surtout pour la femme, disant que le suc de poireau « ouvre les matrices fermées » et « augmente la fécondité des femmes. »
A cette époque, les propriétés du poireau étaient donc déjà biens connues.
Néron usait de ses propriétés béchiques. Pour cela, il faisait une cure de poireaux plusieurs jours par mois afin d’avoir la voix belle. Pratique, pour un orateur, Néron, que l’on appelait le « porrophage. »

Au Moyen-Âge, le porum du Capitulaire de Villis continue à être utilisé comme aliment et comme remède. Ses propriétés béchiques sont toujours à l’honneur : le poireau « mundifie et nectoye la canne et le tuyau du poumon. »
A vrai dire, le poireau a tant de succès au Moyen-Âge qu’il a même sa capitale, Arras. Cela ne l’empêche pas d’être vendu abondamment dans les rues parisiennes comme ailleurs.



Au XII° siècle, Ibn al-Awwam, auteur du célèbre Livre de l’agriculture, y indiquera les précautions à prendre avec le poireau : il « ne doit jamais être consommé cru, car il cause des douleurs de tête et produit des rêves pénibles ; il fait mal à l’estomac, attaque la vue et provoque les désirs vénériens. »
A la fin du XIV° siècle, le Mésnagier de Paris fait une distinction entre poireau d’hiver et poireau d’été*, ce qui laisse supposer l’évolution de cette plante à travers les âges.

Aujourd’hui, le poireau se décline sous plusieurs variétés. Quoi qu’il en soit, un poireau reste une plante bulbeuse et aromatique qui porte de longues feuilles planes ployées en gouttière. Vert bleuâtre, elles sont couvertes de pruine. La base des feuilles, c’est-à-dire le fût, est blanchâtre et charnu. Quant au bulbe, il est garni de fines radicelles dont l’usage thérapeutique n’est pas négligeable.



Le poireau actuel est issu d’un ancêtre sauvage originaire du Moyen-Orient dont on ne sait que peu de choses. Il est botaniquement proche du poireau des vignes [allium polyanthum], un poireau sauvage qui pousse entre les ceps du Midi de la France et que l’on trouve également dans l’Ouest et le Centre de la France.

* Le poireau d’été est semé en mars, récolté en août. Le poireau d’hiver est semé en septembre, récolté jusqu’au printemps de l’année suivante.






Le poireau en thérapie :


1/Parties utilisées :

*Parties aériennes
*Radicelles


2/Principes actifs :

*Hétérosides sulfurés
*Vitamines
*Sels minéraux
*Huile essentielle


3/Propriétés médicinales :

*Laxatif [le poireau est communément appelé « balai de l’intestin »]
*Diurétique
*Emollient
*Béchique
*Résolutif
*Sédatif cutané
*Anti-inflammatoire des voies aériennes


4/Usages :

*Rétention d’urine
*Néphrites
*Lithiases urinaires
*Excès d’urée sanguine
*Hémorroïdes
*Constipation
*Inflammations aiguës ou chroniques des voies respiratoires
*Brûlures
*Piqûres d’insectes

Utilisations :

:bouton2: Le bouillon de poireau, bien connu, est diurétique. Jean Valnet dira qu’une cure de poireau équivaut à une cure d’eau de Vichy.

:bouton2: Le sirop de poireau s’obtient en mélangeant du bouillon de poireau à du miel. Il sera utile en cas de toux, d’enrouement, de pharyngites, de trachéites et d’extinctions de voix.

:bouton2: Le suc frais est efficace pour traiter les rougeurs du visages, les boutons et atténuer les douleurs causées par des piqûres d’insectes.

:bouton2: Le cataplasme chaud de feuilles de poireau peut s’appliquer sur les furoncles et les ulcères cutanés, ainsi que sur la poitrine en cas d’angine.

:bouton2: Les radicelles : 30 g macérés dans un litre de vin blanc pendant dix jours. A raison d’un petit verre chaque matin en cas d’excès d’urée dans le sang


5/Contre-indications, remarques et autres usages :

*Au jardin, on plantera les poireaux à proximité des carottes, la présence de ces dernières semblant neutraliser l’action du ver des poireaux.

*En 640 eut lieu une bataille entre Saxons et Gallois. Ces derniers, afin de se distinguer de leurs adversaires, fixèrent un poireau à leur coiffure. Depuis, le poireau est resté l’emblème du Pays de Galles, comme on peut le voir sur cette pièce de monnaie :



*Direction Cuisine magique

*Direction Aromathérapie

Sources :

-La phytothérapie, Jean Valnet, Maloine, 1983.
-Petit Larousse des plantes médicinales, Debuigne/Couplan, Larousse, 2009.
-Les remèdes naturels de nos grands-mères, Bertrand Cluzel, Cap à l’Ouest Editions, 2009.
-Catalogue de semences, association Kokopelli, 1999.
-Bonnes à croquer, Gilbert Fabiani, Equinoxe, 2008.
-Mon potager médiéval, Claire Lhermey, Equinoxe, 2007.
-Les plantes du jardin médiéval, Michel Botineau, Editions Eveil-Nature, 2001.
-Logos, Bordas, 1976.
-Larousse illustré, 2005.


Dante
_________________
Ma boutique, mes livres !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum ésotérique de l Alliance Magique Index du Forum -> Herboristerie -> Fiches de Plantes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Design réalisé par éditions ésotériques l Alliance Magique éditeur ésotérique

Partenaires: lithothérapie - forum ésotérique - site ésotérique - annuaire ésotérique - formation lithothérapie - Arnaud Thuly Page Officielle - Recherche en ésotérisme - formation professionnelle lithothérapie - formation ésotérisme magie - blog ésotérique