Voir le sujet - [Définition] Dharma et mahabharata :: Forum ésotérique de l Alliance Magique
Boutique ésotérique en ligne l'Alliance Magique
Index - éditeur ésotérisme - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S'enregistrer - Messages Privés - Connexion
[Définition] Dharma et mahabharata

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum ésotérique de l Alliance Magique Index du Forum -> Dictionnaire
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Invité







MessagePosté le: Ven Mai 26, 2006 8:56 pm    Sujet du message: [Définition] Dharma et mahabharata Répondre en citant

Ce post vise à définir la notion de Dharma, notion fondamentale dans les doctrines orientales (le tantrisme, par exemple, qu'on ne peut comprendre sans elle), et, aujourd'hui, à leur insu, dans les doctrines occidentales. Afin d'essayer de mieux l'expliquer, je vais faire un bref survol du mahabharata, qui permet de mieux la saisir.

Le mahabharata est un récit épique, dans la même forme que l'odyssée d'Homère ou les cycles du Graal, qui a été écrit sur environ un millénaire, pour être fini à la fin du dernier millénaire avant JC. Son auteur légendaire est Vyasa, mais on a aujourd'hui la quasi-certitude qu'il a été écrit par une lignée de poètes. Le texte est immense, c'est une cosmogonie qui, partant de SOMA, la lune, aboutit à la scission de 2 races, les Pandavas & Kauravas, qui s'entretueront dans la bataille la plus sanglante de tous les temps. Il se définit comme "Le grand poème du monde".

Je ne ferai pas un résumé ici, le texte en lui même est trop long et trop vaste, plusieurs fois la bible, et n'a jamais été traduit dans son intégralité en français. On l'appelle souvent le 5° véda, mais il est réputé pour largement innover et déborder sur ses prédécesseurs. Seul un de ses épisodes est plus connu, la Bhagavad-Gîta. Ce qu'il faut en retenir, c'est la notion de Dharma, qui est centrale. L'originalité de ce poème, incompréhensible pour un occidental (ne sachant bouger son point d'assemblage Very Happy ) c'est qu'il ne véhicule pas la notion dualiste chrétienne, la notion de "bien", et de "mal", qui n'a aucun sens.

Arjuna doit combattre et tuer toute sa famille pour conserver l’équilibre du Dharma, plus important que la mort, comme le souligne Madeleine Biardeau, dans son introduction à la traduction française abrégée: "C’est le centre de l’enseignement de la Gîta : le Ksatriya doit faire la guerre, fût-ce contre ses frères, quand le Dharma est en jeu, et il fait cette guerre pour venir au secours du Dharma, pour la cohésion des mondes qui sans cela allaient retourner au chaos. S’il meurt, il obtient sur-le-champs le salut … Et parce que c’est pour le Dharma qu’il agit, tous les coups sont pratiquement permis – ce que démontre amplement l’épopée".

Dharma est donc plus important que la notion de meurtre, la famille doit être décimée pour maintenir l'équilibre de l'Univers, et c'est Krishna en personne qui préside à la bonne marche de cette hécatombe. Coomaraswamy en fait le commentaire suivant : «Nâgasêna, qui refuse d’être regardé comme ‘quelqu’un’, et qui maintient que ‘Nâgasêna’ n’est qu’un nom donné à l’agrégat changeant du phénomène psycho-physique, eût certainement pu dire : ‘Je vis, toutefois non pas ‘moi’, mais la Loi en moi’. Et si nous prenions en considération d’autres textes pâlis, nous verrions qu’ils tiennent pour admise la réalité du ‘maître de char’ et de ce qu’il représente, à savoir ‘celui qui n’est jamais devenu qui que ce soit’. C’est la loi éternelle –Dharma-, qui est, en fait, le maître de char »

Pour faire court, car cette notion nécessiterait des volumes d'analyse, Dharma, c'est la Nature de l'individu, ce qui le dirige (on pourrait parler de "penchant", mais ce n'est pas rigoureusement exact). Dans l'Inde antique (et dans une moindre mesure celle d'aujourd'hui), c'est le Dharma qui définissait la notion de caste, on pourrait dire que les gens étaient "classés" selon leur prédisposition. Dans une moindre mesure, comme l'a démontré georges Duby, notre moyen-âge occidental était constitué de la même manière : Chevalerie (les guerriers), clergé (les prêtres), et Tiers-état (le "reste")

Pour résumer cette notion, le principe supérieur dirigeant tout individu est Dharma, et c'est un acquis de naissance, basé sur un cycle de renaissance, mais ceci est un autre sujet
Revenir en haut
ninou
Habitué(e) à ces lieux


: :
Inscrit le: 14 Mai 2006
Messages: 156
Localisation: Istres (13)

MessagePosté le: Jeu Juin 01, 2006 10:06 am    Sujet du message: Répondre en citant

merci pour tous ça !!! interressants !!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
lisenn
*Membre d'Honneur*


: :
Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 862

MessagePosté le: Jeu Juin 01, 2006 10:15 am    Sujet du message: Répondre en citant

Donc si je comprend bien, selon cette notion l'individu est victime de son destin, puisque prédéfini par le Dharma ?
C'est une vision des choses assez particuliere.
Dans ce cas, prenons un exemple.
Selon cette croyance, on ne doit pas punir un tueur, puisque si il est ainsi, c'est à cause du Dharma (jusque là j'ai bon ou pas ? Confused )
Mais dans ce cas, que fait on de la volonté ?
En Inde, cette vision permet de garder le systeme des classes, c'est certain. Cette croyance est elle toujours aussi forte de nos jours ?
_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Invité







MessagePosté le: Jeu Juin 01, 2006 11:37 am    Sujet du message: Répondre en citant

Comme je l'expliquais sur le post sur l'origine de la wicca, j'ai donné ici un exemple de Dharma guerrier, car c'est celui avancé par tous les commentateurs, pour évoquer l'importance fondamentale du Dharma, qui dans l'épopée, justifie même un massacre fraticide.

Il ne faut pas pour autant croire que le Dharma est exclusivement guerrier, loin s'en faut, on peut le trouver dans l'amour, la charité, comme le font encore certains catholiques dédiés à la cause humanitaire.

""on ne doit pas punir un tueur""

Il ne s'agit pas de ça, cette notion est d'ailleurs trop sociale pour entrer dans le cadre de l'épopée, les actes d'assassinats de déséquilibrés ou de vengeances personnelles sont des actes purement profanes qui n'ont aucun sens dans ce concept. On parle d'une guerre dans le cadre d'une cause ressentie au plus profond de soi-même, comme par exemple la volonté d'aboutir à créer une humanité heureuse parfaitement égalitaire, ou, à l'inverse, de créer une humanité subalterne à un ordre supérieur.

Maintenant ces causes peuvent aboutir à des tueries, c'est d'ailleurs ce qui se passe tous les jours dans le monde. Comme quoi ""Cette croyance est elle toujours aussi forte de nos jours ?"", ce n'est pas une croyance, il s'agit bien de faits.

""que fait on de la volonté ?""
Dans ce cas elle n'est qu'un outil, au service d'un ordre lointain (chez les orientaux cet ordre est lié aux cycles de renaissances). Mais l'individu possède le choix de l'exécuter comme bon lui semble. Curieusement on parvient à un grand paradoxe: L'individu est soumis à un déterminisme qui lui échappe, mais il conserve un total libre-arbitre.
Revenir en haut
lisenn
*Membre d'Honneur*


: :
Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 862

MessagePosté le: Jeu Juin 01, 2006 1:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci. ^_^
Je n'avais pas compris que l'exemple donné ici n'était que d'ordre guerrier. C'est pourquoi je trouvais cela un peu réducteur.
Je comprend mieux maintenant.
En effet, dans ce cas j'était à coté de la plaque.
_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Invité







MessagePosté le: Jeu Juin 01, 2006 1:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Non, Mystiik était parti dans la même direction, c'est donc bien moi qui m'étais mal exprimé, mais c'est vrai que j'hésite toujours à faire des articles trop longs, je sais par expérience que c'est rarement lu jusqu'au bout (je suis d'ailleurs le premier à ne pas lire jusqu'à la fin), mais je devrais developper un peu cet article, j'essaierai de le faire si je trouve un peu de temps.
Revenir en haut
lisenn
*Membre d'Honneur*


: :
Inscrit le: 14 Sep 2005
Messages: 862

MessagePosté le: Jeu Juin 01, 2006 2:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Et bien en tout cas j'aime bien tes posts. (j'en apprend tous les jours )
Et moi je lis jusqu'au bout. Laughing
Et au risque de passer pour une idiote, je préfere poser des question.
_________________
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
nordevan
Membre prenant racine



Inscrit le: 21 Mar 2006
Messages: 89

MessagePosté le: Lun Juin 05, 2006 7:30 pm    Sujet du message: la loi? Répondre en citant

Par cycles de renaissances, il faut simplement entendre "un éternel retour". Dans une vie, nous vivons des centaines de "renaissances".
Par contre, quans Kry cite : "Je vis, toutefois non pas ‘moi’, mais la Loi en moi’", voilà quelque chose d'important : ce n'est pas l'individu qui est déterminé!!!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum ésotérique de l Alliance Magique Index du Forum -> Dictionnaire Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Design réalisé par éditions ésotériques l Alliance Magique éditeur ésotérique

Partenaires: lithothérapie - forum ésotérique - site ésotérique - annuaire ésotérique - formation lithothérapie - Arnaud Thuly Page Officielle - Recherche en ésotérisme - formation professionnelle lithothérapie - formation ésotérisme magie - blog ésotérique