Voir le sujet - Pythagore, le premier philosophe ésotériste qui compta... :: Forum ésotérique de l Alliance Magique
Boutique ésotérique en ligne l'Alliance Magique
Index - éditeur ésotérisme - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S'enregistrer - Messages Privés - Connexion
Pythagore, le premier philosophe ésotériste qui compta...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum ésotérique de l Alliance Magique Index du Forum -> Histoire de la Magie
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Mystiik
Habitué(e) à ces lieux


: :
Inscrit le: 01 Mai 2006
Messages: 233
Localisation: PARIS, 48°53'09.96"N, 2°19'41.78 E

MessagePosté le: Lun Juin 19, 2006 12:49 am    Sujet du message: Pythagore, le premier philosophe ésotériste qui compta... Répondre en citant

Pythagore, le premier philosophe ésotériste qui compta
Pythagore nous est connu pour la table de Pythagore (ou table de multiplication) et son fameux Théorème qui affirme que « le carré de l’hypoténuse d’un triangle rectangle est égale à la somme des carrés des côtés de l’angle droit ». A bien regarder, ce théorème était connu des babyloniens 1000 ans avant lui (cf la tablette babylonienne conservée au Columbia Institut) et aussi des Egyptiens qui utilisaient une corde à 13 nœuds pour former le triangle rectangle de côtés 3, 4, 5 nœuds.

Mais est-ce que Pythagore ne serait qu’un mathématicien ? Oui, si on admet que le mot «mathématicien» désignait alors un étudiant en ésotérisme et que Pythagore fut Maître.
Il fut le plus grand des penseurs de l’Europe Antique d’avant Socrate et mérite qu’on s’y arrête puisqu’il a influencé aussi bien les sciences, la musique, l’astronomie, la philosophie… et les sciences ésotériques.
Il inventa même le mot « philosophe » et c’est ainsi qu’il se nomma alors qu’en assistant aux Jeux Olympiques, un Prince lui demanda comment il se qualifiait.


Source photo : http://www.ac-nancy-metz.fr
Pythagore (cliquez ici pour d’autres portraits).

Né vers 580 avant l’Ere Commune, il vécut en même temps que Lao Tseu en Chine, Bouddha en Inde et Zarathoustra en Perse. Ses parents en visite à l’Oracle de Delphes, la Pythie, apprirent qu’ils attendaient un fils qu’ils décidèrent d’appeler Pythagore « celui qui a été annoncé par la Pythie ». Ce grec d’Ionie, vit le jour à Samos (comme Archimède, un autre très grand savant de l’antiquité) et fut instruit pendant 40 ans lors de longs voyages dans le bassin méditerranéen et peut-être même jusqu’en Inde où il rencontra Bouddha !

Trois vies de Pythagore nous sont parvenues, composées tardivement par Diogène Laërce, Porphyre et Jamblique.
Porphyre écrivit : « pour la plupart, c’est des Egyptiens, des Chaldéens et des Phéniciens qu’il apprit les sciences appelées mathématiques ; car de toute antiquité la Géométrie avait intéressé les Egyptiens ; la science des Nombres et des calculs, les Phéniciens ; l’étude du Ciel, les Chaldéens ; quant aux rituels des dieux et au reste des préceptes sur la conduite quotidienne, c’est des Mages, dit-on, qu’il les entendit et reçus ».

C’est vers la quarantaine donc, que Pythagore revint à son île Samos d’où il repartit vite, après une tentative infructueuse d’y installer un centre d’enseignement, pour la ville de Crotone, en Italie du Sud (cf. carte ) où il fonda la communauté religieuse qui fit sa réputation.
Selon les auteurs, cette communauté soumise à une règle stricte compta entre 300 et 2000 disciples selon les sources. Protégé par un homme riche et fort (il gagna les Jeux Olympiques une douzaine de fois !) Pythagore finit par se marier avec sa fille !

Il ne reste quasiment rien des textes de ce mouvement sauf Les Vers d’or attribués à un de ses disciples tardifs. Ce texte fait l'éloge d’une vie saine et droite qui purifie et qui mène à la Perfection où, instruit par les Dieux, l’Adepte peut accéder à l’Essence des choses. Affranchi des passions, il peut à sa mort rejoindre les dieux.

Les Mathématiciens, initiés Pythagoriciens
Ce mouvement très sélectif nécessitait une période probatoire de 3 ans qui permettait au Néophyte d’être admis en tant qu’ « exotérique » et participer en silence aux enseignements oraux du Maître caché derrière un rideau.
Cinq années plus tard, il devenait un « ésotérique », le rideau se levait enfin. Ces ésotériques étaient divisés en deux ensembles :

- les « acousmaticiens » (auditeurs) du « cercle extérieur » en charge notamment de la défense guerrière de l’Ecole et sous la responsabilité du gendre de Pythagore,

- les « mathématiciens » (apprenants) formant le « cercle intérieur », les initiés à la doctrine pythagoricienne, vêtus de blanc.
L’enseignement secret se transmettait de bouche à oreilles ce qui nécessitait un exercice quotidien de mémoire (on devait se souvenir des évènements de la veille !) et en plus, n’étaient transmis aux acousmaticiens que les résultats, les mathématiciens disposant en plus des démonstrations "mathématiques".
Cet enseignement se faisait par le biais des « symboles » et les prescriptions étaient données sous forme de maximes, des « énigmes », compréhensibles aux seuls initiés.

Les Pythagoriciens semblent aussi croire à la migration des âmes dans toutes les formes animées de vie. Héraclide du Pont affirme que Pythagore se souvenait de ses vies antérieures et qu’il avait été successivement Aethalide, fils d’Hermès et 2 autres personnes avant d’être Pythagore.

Il semble bien que la communauté vivait avec de nombreuses prescriptions mais elles sont parfois contradictoires selon les sources.
Ainsi, la consommation de fèves aurait été proscrite (elles ressemblent notamment à des parties génitales...) tout comme celle de la viande animale (du fait de la migration des âmes). Mais d’autres sources contredisent (les fèves aurait été la nourriture favorite de Pythagore) ou nuancent ces affirmations (seules certaines viandes auraient été interdites à la consommation).

D’un point de vue pratique, les disciples devaient donner tous leurs biens à la communauté et ils devaient, en principe, en récupérer le double lorsqu’ils partaient.

Le cœur de ce courant de pensée est connu partiellement de différentes sources dont la « Métaphysique » d’Aristote et le susdit Diogène Laërce (3è siècle après l’Ere Commune soit bien longtemps après que le Maître eut disparu dans un incendie qui ravagea l’école de Crotone, du fait d’un Néophyte qui s’était vu refusé l’entrée).

Tout est Nombre
Pour les Pythagoriciens, tout est Nombre, c’est-à-dire nombres entiers et fractions. Un chiffre est l’enveloppe du Nombre par lequel tout existe.
Au commencement était l’Un, la « monade », le principe créateur qui s’unit à la « dyade », la matière indéterminée, avec lequel il forme les Nombres, véritables entités spirituelles.
Les Nombres sont femelles, malfaisants, mouvement s’ils sont pairs, mâles, bons, limités s’ils sont impairs et cette dualité menait à des spéculations sur l’univers.
Le 5, somme du premier nombre pair 2 et du premier nombre impair 3 symbolise le mariage.
Les quatre premiers nombres forment la Tétrade sacrée, et la Tétractys à la fois forme géométrique et Nombres, reflétant la chose la plus sacrée, « décade puissante et mystérieuse », « source et racine de l’Eternité ».

Source photo : http://img.photobucket.com/albums/v663/greg777mitchell
Tetractys Pythagoricienne


Toutes ces considérations sur le sacré des Nombres, outre le fait qu'elles nécessiteraient des posts entiers, n’ont pas empêché les pythagoriciens de construire l’Arithmétique, une science des plus formelles mais également les fondements des règles harmoniques de la musique qui s’étendit jusqu’au « cosmos » (signifiant ordre) où régnait alors « la musique des sphères ».

Le Théorème de Pythagore
Le Théorème de Pythagore(animations ici), connu de nous via les livres d’Euclide, cache en fait des considérations philosophiques d’importance pour les pythagoriciens : l'incommensurabilité de la diagonale du carré avec son côté, l’existence de Nombres irrationnels comme la racine carrée de 2 (qui est la valeur de l’hypoténuse d’un triangle rectangle des autres cotés ayant comme valeur l’Unité). La portée de cette découverte était elle aussi incommensurable !

Du Nombre au Monde
Les Nombres sont aussi Géométrie car « de la monade parfaite et de la dyade indéterminée sont sortis les Nombres ; des Nombres les points, des points les lignes, des lignes les surfaces, des surfaces les volumes ; et des volumes, tous les corps qui tombent sous les sens, et proviennent de quatre éléments : l’eau, le feu, la terre et l’air. Ces éléments se transforment de façons diverses et créent ainsi le monde qui est animé, spirituel, sphérique et porte en son milieu la terre, qui est ronde aussi et habitée sur toute sa surface » (Diogène Laërce, « Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres, Pythagore ».
Le pythagoricien astronome Philolaos avait imaginé que la terre et les autres planètes tournaient sur elle-même et autour d’un feu central…

Aussi parmi les volumes il y a cinq solides réguliers : la pyramide, le cube, l’icosaèdre, l’octaèdre et le dodécaèdre, auxquels correspondent les cinq éléments de l’univers : le feu, la terre, l’eau, l’air et l’éther.
A ce titre, le symbole des 5 éléments et signe de l’appartenance à l’école Pythagoricienne fut le Pentagramme (voir le Pentacle ), qui représentait aussi l’Harmonie (du corps et de l’âme).

Un vaste héritage
Pythagore mourru vers 90 ans, age considérable pour l'époque, et le pythagorisme inspira les philosophes Platon et Démocrite, les poètes Epicure et Lucrèce mais aussi l’architecte Vitruve, l’astronome Képler et de nombreux courants de pensée (Rose+Croix, Franc Maçonnerie, Alchimie et Hermétisme, etc, etc.).

Sources et pour en savoir plus :
- Pythagore et les pythagoriciens, Jean-François Mattéi, Que sais-je?, PUF
- « Trois mystiques grecs : Orphée, Pythagore et Empédocle », Simone Jacquemard, Albin Michel 1997
- « Les écoles présocratiques », JP Dumont, Folio Essais, 1991
- Pythagore in « Les maîtres spirituels », Larousse, 1998
- « Dictionnaire historique de la Magie et des Sciences Occultes », La pochothèque, 2006
- Le site http://www.math93.com/pythagore.htm
- L’article Pythagore de Wikipédia
- Et les très nombreux livres sur l’ésotérisme des Nombres
- Le sujet La Symbolique des Nombres

_________________

La liberté des hommes est telle que nous avons inventé les Dieux pour les honorer


Dernière édition par Mystiik le Lun Juil 31, 2006 11:58 pm; édité 5 fois
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Invité







MessagePosté le: Lun Juin 19, 2006 2:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

***

Dernière édition par Invité le Jeu Aoû 03, 2006 5:24 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Mystiik
Habitué(e) à ces lieux


: :
Inscrit le: 01 Mai 2006
Messages: 233
Localisation: PARIS, 48°53'09.96"N, 2°19'41.78 E

MessagePosté le: Mar Juin 20, 2006 1:52 am    Sujet du message: Répondre en citant

Effectivement Kry, j'ai omis cet épisode pour simplifier le récit.

Aristote nous dit en effet que Pythagore fut nommé Apollon Hyperboréen par les habitants de Crotone.

Que sont les Hyperboréens pour les grecs ?
Pour les Grecs, vivait à l’extrême Nord du monde, au Septentrion, au delà du « Vent du Nord » de Borée (fils d’Hyperion, descendant des Titans), un peuple légendaire et fabuleux : les Hyperboréens.

Le Mythe enseigne que Zeus, le père d’Apollon, ordonna à ce dernier d'aller à Delphes, mais que le dieu, petit coquin, s'envola d'abord chez les Hyperboréens, où il séjourna avant de repartir à Delphes. Tous les 19 ans il retourne chez les Hyperboréens et chaque nuit, entre l'équinoxe de printemps et le lever des Pléiades, on l'entend chanter en jouant de la lyre.
Sitôt après qu’il eut tué les Cyclopes, Apollon cacha la flèche dont il s'était servi pour se venger du meurtre d’Asclépios par Zeus, dans le grand temple rond qu'il possédait au milieu de la ville des Hyperboréens. Cette flèche s'était envolée là-bas toute seule, avant de former, au ciel, la constellation du Sagittaire.
Léto, titanide mère d’Apollon (et d’Artémis) après son union avec Zeus (sacré Zeus…) serait née parmi les Hyperboréens, la tête couronnée de fleurs. On prêtait encore aux Hyperboréens la connaissance de la magie. La légende faisait remonter à des fondateurs hyperboréens un certain nombre de pratiques du culte à Apollon.

Quelles sont les pratiques d’origine hyperboréenne du culte d’Apollon ?
E.R.Dodds note « En Scythie, et peut-être aussi en Thrace, les Grecs étaient entrés en rapport avec des peuplades qui, comme l’a démontré le savant suisse Meuli, étaient influencées par cette culture chamanique.[]Du Nord vint Abaris, monté, disait-on, sur une flèche, comme aujourd’hui encore, paraît-il, les âmes en Sibérie. Il était si avancé dans la science du jeûne, qu’il avait appris à se passer entièrement de nourriture humaine. Il bannit les épidémies, prédit les tremblements de terre, composa des poèmes religieux, et enseigna le culte de son dieu du Nord, que les Grecs appelaient l’Apollon Hyperboréen. A l’appel de ce même Apollon, Aristéas, un Grec de la mer de Marmara, alla vers le Nord et en revint pour rapporter ses expériences étranges dans un poème façonné, peut-être, sur les excursions psychiques des chamanes du nord. »
"Sur l’ île d’Aristéas, une statue le représentait à côté d'Apollon (Hérodote, IV, 13-15) alors que Pline l'Ancien rapporte qu'elle représentait son âme quittant son corps sous la forme d'un corbeau. Il était transporté au loin lors de «délires apolliniens». Il abandonnait son corps, qui gisait comme mort" (mais était-il immortel ??? à creuser)

Pour faire bref, c’est de là que semble provenir le caractère mystique, extatique, d’Apollon, qui se manifeste à travers l’exaltation de la Pythie, à travers les paroles mystérieuses de l’oracle de Delphes qui a annoncé le venue de Pythagore.

Apollon Hyperboréen, un dieu grec de l'extase chamanique ?
Dans les plaines du Nord et de l’Asie centrale, une persistance du chamanisme a été attestée, associée aux pratique extatiques et les chamanes sont alors en mesure de réaliser des guérisons miraculeuses, de voir l’avenir et de prononcer des prophéties.
Tel est le fond ancien du culte d’Apollon à Delphes et le sens du mythe du voyage hyperboréen du dieu.

Platon nous dit dans "Phèdre" : «Les plus grands parmi les biens parviennent jusqu’à nous par l’intermédiaire de la folie, qui est considérée comme un don divin… en effet la prophétesse de Delphes et les prêtresses de Dodone, alors qu’elles étaient possédées par la folie, ont procuré à la Grèce de grandes et belles choses, aussi bien aux individus qu’à la communauté.»

Apollon Hyperboréen, archaïque, n’est pas le dieu de la mesure, de l’harmonie, mais le dieu de l’exaltation, de la folie et en définitive, de la divination, de la transe. Un dieu qui inspire le chamane pour tout dire…

Laissons la conclusion à Réné Guénon qui écrit « […]il y eut, au moins partiellement, une réadaptation effectuée dans l'ordre traditionnel, principalement dans le domaine des « mystères » ; et il faut y rattacher le Pythagorisme, qui fut surtout, sous une forme nouvelle, une restauration de l'Orphisme antérieur, et dont les liens évidents avec le culte delphique de l'Apollon Hyperboréen permettent même d'envisager une filiation continue et régulière avec l'une des plus anciennes traditions de l'humanité »

Sources :
- "Les Grecs et l’irrationnel", Eric Robertson Dodds, Paris, Champs Flammarion Sciences, 1999
- "La crise du monde moderne", René Guénon, Folio, Gallimard 1994
- "Phèdre", Platon,Garnier Flammarion, 1993
- et quelques sites internet qui m'ont fait gagner du temps à la saisie du texte pour reprendre des citations notamment

_________________

La liberté des hommes est telle que nous avons inventé les Dieux pour les honorer
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Invité







MessagePosté le: Mar Juin 20, 2006 12:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant

***

Dernière édition par Invité le Jeu Aoû 03, 2006 5:25 pm; édité 1 fois
Revenir en haut
Corniaë
Membre en Promenade


: :
Inscrit le: 14 Juil 2006
Messages: 48

MessagePosté le: Mer Juil 19, 2006 2:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

....je viens de lire tout cela franchement trés intéressant et trés bien résumer....merci a vous pour vos connaisance et vos recherches ....!!!!!!en attendant d'autre sujet de ce genre!!!bye
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
volthea
Habitué(e) à ces lieux


: :
Inscrit le: 20 Mai 2006
Messages: 176
Localisation: #à la rencontre des deux fleuves#

MessagePosté le: Lun Juil 31, 2006 12:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Smile Post très complet, très intéressant... merci Mystiik :bisous:
_________________

~Merci Moonstonekat pour ma bannière~:bisous:~Merci Agrippa pour mon avatar~:bisous:
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
archange-man
Membre prenant racine


: :
Inscrit le: 19 Juin 2008
Messages: 77
Localisation: Dordogne-24

MessagePosté le: Ven Fév 27, 2009 10:27 am    Sujet du message: Répondre en citant

Super ce post ont s'ai maintenant pas mal de chose sur ce fameux pythagore Smile .Sans lui le pentengramme n'ésisterai pas ^^Enfin à mon avis .Corrigez moi si je fais une erreur ^_^ .
_________________
" L'esprit sert à tout, mais il ne mène à rien. "
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
Arnaud THULY
~*°Administrateur°*~


: :
Inscrit le: 19 Juin 2005
Messages: 2916
Localisation: Dans sa tanière

MessagePosté le: Ven Fév 27, 2009 10:41 am    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Corrigez moi si je fais une erreur

Le pentagramme est bien antérieur à l'époque pythagoricienne, plusieurs milliers d'années avant déja on retrouve des dessins de pentagramme sur des tablettes originaires du moyen orient.
_________________


L'Alliance Magique, boutique ésotérique en ligne
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Albert
~°Allié(e) Magique°~



Inscrit le: 12 Juil 2008
Messages: 1614
Localisation: Sable

MessagePosté le: Ven Fév 27, 2009 12:32 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je confirme Arnaud Wink on le trouve même dans la vallée des Rois.

Citation:
la consommation de fèves aurait été proscrite


Pour les Grecs anciens, manger des noix fortifiaient le cerveau, ce fruit ressemble vaguement à un crane contenant une cervelle.

Les fèves ressemblent à s'y méprendre à un embryon humain, alors dans une démarche monacale, l'interdiction d'en manger parait plausible... ^_^
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum ésotérique de l Alliance Magique Index du Forum -> Histoire de la Magie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Design réalisé par éditions ésotériques l Alliance Magique éditeur ésotérique

Partenaires: lithothérapie - forum ésotérique - site ésotérique - annuaire ésotérique - formation lithothérapie