Voir le sujet - [Autres] Na'hash le Serpent de la Genèse :: Forum ésotérique de l Alliance Magique
Boutique ésotérique en ligne l'Alliance Magique
Index - éditeur ésotérisme - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S'enregistrer - Messages Privés - Connexion
[Autres] Na'hash le Serpent de la Genèse
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum ésotérique de l Alliance Magique Index du Forum -> Symbolisme Hermétique
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
SpartakusFreeMann
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 12 Mai 2006
Messages: 428
Localisation: Golgotha

MessagePosté le: Jeu Juin 22, 2006 11:48 pm    Sujet du message: [Autres] Na'hash le Serpent de la Genèse Répondre en citant

On traduit ordinairement le mot Na'hash par serpent, alors que son sens en hébreu est plus large et peut désigner aussi toute espèce de reptiles et même des animaux tels que le dragon. Ce terme de dragon a de plus l'avantage d'être suggéré par saint Jean (Ap. 12, 20) lorsqu'il parle du grand dragon, de l'antique Serpent. Pour l'auteur de la Genèse l'animal merveilleux qui parle à Ève et la trompe est tout d'abord pourvu de pattes comme les animaux supérieurs, sans doute à la manière du dragon qui réunit les perfections de plusieurs espèces, possédant pattes et parfois ailes.

La nature sexuelle du serpent Na'hash reste tout aussi imprécise et ceci nous est dévoilé par ce passage du Zohar du Cantique des Cantiques : "La Femme de Prostitution descendit ainsi que celui qui la chevauche et la domine", où la femme de prostitution est assimilée au Serpent primordial et celui qui la chevauche à l'ange Samaël.

Le mot Serpent défini en hébreu nous offre les éléments suivants :

- Nachash - naw-khawsh'; un serpent.

- Nachuwsh - naw-khoosh'; (dans le sens de sonner - comme sonner une cloche ou aussi couleur rouge de la gorge d'un serpent quand il se prépare à frapper); cuivre.

- Nechuwshah - nekh-oo-shaw'; féminin; cuivre.

- Nechash - nekh-awsh'; cuivre, airain.

- Nachash - nakh'-ash; une incantation ou augure : - enchantement.

- Nachash - naw-khash'; jeter un sort magique; faire des pronostications, enchanteur, apprendre par expérience.

Le Naga ou Nagash représente le serpent musicien de Babylone. Le mot lagash est très similaire et signifie "parler en langues". Tout a commencé dans le Jardin d'Eden avec l'entrée en scène du Serpent.

Les hymnes sont les incantations qui ont le pouvoir d'apaiser les dieux, tout comme la nourriture, les fleurs ou les faveurs sexuelles. Les Musiciens participent donc à l'adoration des dieux par leur Art. Même si selon certains, les musiciens sont des adorateurs du mal, il est indéniable qu'ils participent à l'oeuvre humaine de réconciliation avec dieu ou la divinité.

Nous savons que les serpents ne parlent pas ou ne séduisent pas les humains. Les serpent sont reliés aux nagas qui furent les initiateurs du culte de l'homme et de sa réintégration à la divinité par la musique. Les Nagas sont des serpents semi-divins avec des faces humaines et des queues de serpent.

Les serpents ou nagas sont habituellement représentés sous la forme de cobras gigantesques et sont considérés comme les rois des autres serpents. Les nagas sont également mis en relation avec les DRAGONS.

Bien sûr, dans la Genèse, le Serpent est un Naga qui instruit l'humanité sur le Sentier de la Connaissance du Bien et du Mal. Le gnosticisme, et non la gnose, construisit un système basé sur le serpent en tant que la Bête et ZOE en tant qu'instructeur féminin "habitant" le serpent afin de communiquer sa révélation à l'humanité.

Le serpent du Jardin d'Eden était donc :

Nachash (h5175) naw-khawsh'; serpent.

Ce mot dérivant de :

Nachash (h5172) naw-khash'; siffler, enchanteur, enchantement, observer et apprendre par expérience.

Nous avons donc aussi une connexion avec Lucifer qui, en Latin, signifie Porteur de Lumière [cfr grec Phosphoros ou Eosphoros]; la planète Vénus, l'Etoile du Matin. Lucifer est celui qui apporte la lumière sur terre, non seulement au sens physique du terme mais aussi au sens mystique.

Mais pour revenir au nagas et faire ce lien tant attendu entre eux, Na'hash et Lucifer, le mot pour "joueurs", nagan, dans le Psaume 68 est à rapprocher du mot Chalal (halal) du Psaume 87 :

"Les chanteurs vinrent en premier, les joueurs d'instruments suivirent; parmi eux il y avait ceux qui jouaient du tambourin."

Et Nagan (h5059) naw-gan', signifie bien jouer d'un instrument de musique et plus particulièrement d'un instrument à vent, mélodie, ménestrel, jouer, joueur.
Naga (h5060) naw-gah'; porter la main sur quelque chose, coucher avec une femme, frapper.

Negiynah (h5050 neg-ee-naw'; instrument de musique; un poème mis en musique.

Chalal (h2490) khaw-lal'; blesser, dissoudre; figuré profaner (une personne, un lieu ou une chose), commencer; jouer (de la flûte): polluer, se prostituer.
Halal (h1984) haw-lal'; être clair (son ou couleur); briller; célébrer, donner en mariage, prier.

Heylel (h1966) hay-lale'; (dans le sens de briller) l'étoile du matin, Lucifer.

Ainsi, se comporter comme un musicien c'est être musicien de l'âme, un naga, au sein d'Heylel en compagnie de Na'hash... Si l'on me suit bien ?

Aussi, l'identité qui existe entre Na'hash et Mashiah, le Messie - qui nous est donnée par la Guematria "simple", c'est à dire, au travers de la valeur 358 qui est la somme des lettres qui composent chaque mot - demeure.

Toutefois, il n'existe pas d'identité entre Mashiah et Enosh : Enosh = 466 et Mashiah, donc (8 18 318 350 ) = 702. Pas d'intimité donc entre l'"homme ordinaire" et le Messie !

Par contre, on peut dresser un parallèle assez étonnant entre la valeur de Na'hash donnée par le procédé du "quaternion" et d'autres mots tels que Golgotha - lieu de crucifixion du Christ, lieu du supplice par la croix dont la symbolique se rattache de manière absolue au symbolisme du serpent - et Olam haYetsirah, le Monde de la Formation, dont la valeur "simple" est également de 466 !!! Nous laissons le lecteur méditer sur cet exemple..."

Mais, revenons à la Bible et au chapitre III, verset 1 de la Genèse : "Wa haNa’hash ‘Aroum mikol hayat hasadeh", "Et le serpent est le plus rusé des animaux des champs". "… lorsque Elohim se retire dans son Shabbat et qu’alors IHVH monte des profondeurs dans une exigence d’accomplissement, avec lui monte le Satan. L’Adversaire enveloppe le NOM comme une coque enveloppe le fruit et lui fait barrière. L’adversaire n’est pas l’ennemi. A la racine de la vie, le serpent symbolise cette barrière, mais à l’acmée de l’œuvre, toutes barrières ayant été franchies, c’est à dire le serpent ayant été intégré par l’homme conquérant son NOM, avec le Nom, il est la vie", Annick de Souzenelle, l’Alliance de Feu tome II.

Dans ce passage de la Bible, nous lisons le qualificatif de ‘AROUM, qui signifie nu ou rusé. C’est le même terme qui désigne le couple Ish et Isha (Gen. II, 25). Ainsi, il y a une identité entre le couple et le serpent au travers de la nudité ou de la ruse, car l’hébreu permet un jeu de mots entre ces deux termes.

Adam est ‘Aroumim – AYIN RESH VAV MEM YOD MEM – par le lecture "éclatée" du mot nous lisons alors qu’Adam est ‘ER (AYIN RESH), l’éveillé, et (VAV), MAYIM (MEM YOD MEM), les eaux. ‘AROUM, AYIN, RESH VAV MEM, est donc aussi un éveillé. La racine AYIN VAV RESH signifie d’ailleurs "être éveillé". Afin de compléter ces idées quant à la signification de ce mot, il nous faut à nouveau l’éclater et y lire ‘OR, AYIN VAV RESH, peau ! Que l’on peut permuter en VaRâ, VAV RESH AYIN, "et le mal". Si l’on prononce ‘IWER, nous obtenons le mot "aveugle" mais prononcé ‘OUR, ce mot redevient le verbe "s’éveiller". Notons la présence dans ce mot de la lettre AYIN qui est la "source", "l’œil". ‘OUR a une valeur numérique de 276 et donc sa réduction est 6. Donc la valeur du VAV, l’éveil est un lien entre les deux réalités : l’humaine et la divine.

Selon Saint Augustin, il ne faudrait pas voir dans le serpent tentateur qu’un animal ordinaire : "Le serpent a été appelé le plus avisé, c’est à dire le plus astucieux de tous les animaux en raison de l’astuce du diable qui, en lui et par lui, ourdissait ses ruses… Il en serait de même si l’on disait que ce serpent est menteur, parce que le diable se servirait de lui pour mentir…"

Dans le sens premier, le serpent est l’animal le plus nu, le plus à découvert, celui qui ne cache rien. Ne rien cacher et être rusé, deux qualités, car la ruse est un accès à la Sagesse comme le dit si bien ce passage de Proverbes 8 , 12 : "Moi, la Sagesse, j’ai pour voisine la ruse et j’acquiers la connaissance des pensées". Ou encore : "La ruse en soi est un savoir-faire dans la grande geste divino-humaine", Annick de Souzenelle, L’Alliance de Feu, tome II.

Comme nous l’avons fait remarquer auparavant, le Na’hash vient des profondeurs en même temps que IHVH, par cela, il agit dans la polarité de la Création, par ruse mais aussi à découvert, poses-t-il la fameuse question à Isha : "Aph ki amar Elohim", "Est-ce que Dieu à vraiment dit…", "Eritis sicut Dei". De cette question naît l’histoire humaine, par le travers de "chute", l’homme prend sa liberté… Trop tôt diront certains. Mais sans la chute, comment obtenir le respect des 613 mitvot, ou commandements ? Et comment observer le commandement de réparer une faute commise si cette faute n’est pas commise ? Souvenons-nous de David ne pouvant mourir de n’avoir pas fauté et donc de ne pouvoir respecter l’ensemble des mitsvot à cause d’un « acte manqué »…

Pour conclure, revenons sur la similitude entre les valeurs numériques de Na’hash et de Mashia’h : 358. Cela nous indique que le serpent de la "chute" sera aussi celui qui rétablira le Royaume des Cieux, le Parès, en nos Cœurs par l’Unité et l’Amour. Unité qui dépasse tous les clivages humains et toutes les contradictions humaines en une dialectique unitive du "ouinon"…

Spartakus FreeMann, janvier 2004 e.v., Nadir de Guantanamo
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Invité







MessagePosté le: Ven Juin 23, 2006 12:29 am    Sujet du message: Répondre en citant

""Le gnosticisme, et non la gnose, construisit un système basé sur le serpent""

Tu penses aux ophites?

""Nous avons donc aussi une connexion avec Lucifer""

Là j'ai pas compris le lien. C'est dans le rapport entre Naga - Nagan, le joueur de musique, et Halal, la clarté - Heylel, Lucifer ?

""Aussi, l'identité qui existe entre Na'hash et Mashiah, le Messie demeure""

Oui, ce point me semble capital, le salut venant du serpent, en relation avec ""le Na’hash vient des profondeurs""
Le serpent de la chute, retablissant le royaume des cieux est le fondement même de l'hermétisme, je ne savais pas que la Kabbale connaissait cette notion.

Superbe post, merci
Revenir en haut
ASTAROTH
Habitué(e) à ces lieux


: :
Inscrit le: 19 Déc 2005
Messages: 226
Localisation: dans la forêt de Brocéliande

MessagePosté le: Ven Juin 23, 2006 8:51 am    Sujet du message: Répondre en citant

En faite KRY pour t'aidé NAHASH et autre que le serpent des profondeur en araméen appelé shaïtan car le H du milieu est un T renversé avec un trémat

Ou saïtan en arabe

Ou encore le mamba noire dans le culte Berbère

Qui a des reflets verts très foncés au soleil puisqu'il est dit que s'est écaille porte le monde et qu'il aurait avalé des fragments de la pierre de Lucifer

Le plus rapide des serpents file jusqu'a 20km/h et saute jusqu'a deux mètre de haut
Il mesure jusqu'a 5metre

Redouté par tous y compris par l'homme à la cérémonie de l'équinoxe d'été une cérémonie du serpent s'effectue en peuplade Berbère on mange trois serpent dont la tête d'un mamba noire on tranche la tête et le but et de la tenir sur la langue et de l'engloutir si tu es un sorcier noire tu l'engloutira et tu sera reconnut comme un être sans âmes ou aillant une âme noire

Donc élus de du serpent sombre et possédant la sagesse de Lucifer donc ayant les capacité de l'homme adamique

Si il te pique tu meurt selon l'endroit ou te paralyse a vie ou te rend dingue

On retrouve se rituel en Amérique du sud chez les Utsu tribut Asthéco Inca
Ou eux il penne un piton et lui bloc la tête dans la bouche et doivent l'étouffé

Les dangers sont les mêmes

J’ai pratiqué que la cérémonie du mamba noire l'autre j'ai pas eu courage

Voila pour NAHASH ce que j'en connais

Tiré de mes voyages en quête ésotériques

_________________
La vérité chez la femme est silence car son corps est parlant.


Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail MSN Messenger
SpartakusFreeMann
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 12 Mai 2006
Messages: 428
Localisation: Golgotha

MessagePosté le: Ven Juin 23, 2006 10:16 am    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Tu penses aux ophites?

Tout à fait, les ophites ou naasènes.

Citation:
Là j'ai pas compris le lien. C'est dans le rapport entre Naga - Nagan, le joueur de musique, et Halal, la clarté - Heylel, Lucifer ?

C'est une ancienne vision, une tradition perdue sans doute. Le Naga est le charmeur de serpents et le musicien, il est aussi l'ensorceleur. La Lumière de Lucifer si elle ne fait qu'annoncer l'Aurore n'est pas le jour, l'homme qui reste hypnotisé par son éclat ne verra jamais la véritable lumière comme celui qui reste hypnotisé par la musique ne pourra participer aux noces.
Cela participe plus d'un ressenti difficilement communicable par les mots. Sans doute suis-je dans l'erreur mais qui sait ?

Citation:
Oui, ce point me semble capital, le salut venant du serpent, en relation avec ""le Na’hash vient des profondeurs""
Le serpent de la chute, retablissant le royaume des cieux est le fondement même de l'hermétisme, je ne savais pas que la Kabbale connaissait cette notion.

Si la Kabbale comprend ce principe universel : "tel le serpent élevé par Moïse dans le désert, tel sera élevé le Fils de l'Homme" - identité dans le NT entre Jésus et le Serpent d'Airain de Moïse qui fut associé à l'antique serpent de la Genèse.
Pour certains Kabbaliste, la présence du Serpent dans le mystère cosmogonique et anthropogonique est capital. Dans les théories du Tikkun, la réparation, il s'agit de réparer la chute divine issue de son mélange avec la matière basse, les klippoth.
Tout l'hermétisme est là, car l'hermétisme, loin de tout dualisme, est l'universelle "religion" qui relie les hommes et les croyances au travers de la métaphore et de la symbolique.

Amitiés

Spartakus
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
SpartakusFreeMann
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 12 Mai 2006
Messages: 428
Localisation: Golgotha

MessagePosté le: Ven Juin 23, 2006 10:20 am    Sujet du message: Répondre en citant

[quote="ASTAROTH"][color=darkblue][b]En faite KRY pour t'aidé NAHASH et autre que le serpent des profondeur en araméen appelé shaïtan car le H du milieu est un T renversé avec un trémat
[/quote]

Euh, il y a une similitude forme entre le Tav et le 'Heth mais cela s'arrête là. En outre na'hash en araméen reste na'hash il me semble.

Satan n'est jamais un nom propre dans la Torah, il est plutôt adjectif ou nom commun : ha-satan.

Dans les langues sémitiques on le retrouve en arabe sous le terme de "Saïtan" mais il est alors mélangé avec les substrats des croyances locales des peuples du désert.

Spartakus
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Invité







MessagePosté le: Mar Juin 27, 2006 8:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le problème de l’identification de Satan à Nahash

J’ai parcouru quelques pages de l’essai des sciences maudites de Guaita, et je dirais que l’identification en question, tout comme celle de Satan à Lucifer, s’imbrique dans une ligne dynamique où les éléments de comparaison suivent des mécanismes de mutation, où les rapports varient nécessairement selon l’avancée des opérations. Des formes comparées à des substances, chacune d’elles toujours en pleine mutation.

D’après cet auteur, il existe deux écoles distinctes qui ont adopté des positions différentes :

- L’école de Jakob Boehme, qui distingue 2 chutes successives, celle d’Adam suivant celle de Lucifer Aeloha, ressortant des ténèbres sous le masque de Nahash
- L’école de Fabre d’Olivet, qui n’admet que la chute exclusive d’Adam

L’auteur estime par ailleurs que l’éventualité d’une première chute importe peu, seul l’acte conscient du tentateur compte.

Pour reprendre le contexte, on se situe au niveau de la séparation (voir introduction de l’article sur l’immortalité http://magie.alliance-magique.com/sujet-4226.php), dans la genèse, la séparation des eaux est le second stade opératif. Dans cette phase intervient un acteur, Rouach Aelohim, principe de fécondité et manifestation de Rouach Hakkadosch, l’esprit-saint. Convenablement dirigé par une volonté efficiente il devient le fluide créateur, mais livré à lui-même, abandonné à son sort, il devient Nahash, dragon noir de l’astral, principe de division de l’homme, « le morcellement des Moi naissant ou à naître, qui s’oppose à l’unité du Soi éternel »

Nahash est un agent, mais le diable, ou Satan, ne sont que son enveloppe. Agent dont il énumère les noms des différentes traditions, serpent fluidique d’Asiah, l’âme physique du monde de Platon, le Démiurge des gnostiques, le feu secret des alchimistes, le médiateur convertible des magiciens, indifférent au bien comme au mal.

A noter que les théories de Jakob Boehme dénotent une divergence importante avec la tradition alchimique. Pour lui, la chute est un acte volontaire, et Lucifer y est vu, non comme rédempteur, mais comme corrupteur, plongeant l’homme au dernier stade involutif. Par ce même acte volontaire, il réintégrera son origine divine en abandonnant son « ichheit », terme que l’on pourrait traduire par égoïsme ou égoïté, égoïsme étant le mot employé par Stanislas de Guaita pour désigner Nahash.

On peut remarquer une dissonance dans les 2 théories. Boehme en fait une figure à abattre, mais SdG le voit comme étant un pôle indispensable, dans la polarité, au nord, Rouach Aelohim, au sud Nahash, qui vont créer un courant montant, Ionah, agent fécondant, la colombe de la genèse, et Hereb, agent de la mort, le corbeau, que Fabre d’Olivet identifie à l’Erèbe de la théogonie grecque, dévorant les êtres qui y tombent.

Source :

- Stanislas de Guaita, la clef de la magie noire
- Stanislas de Guaita, au seuil du mystère
- Jakob Boëhme, mysterium magnum
- Fabre d’Olivet, la langue hébraïque restituée
Revenir en haut
SpartakusFreeMann
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 12 Mai 2006
Messages: 428
Localisation: Golgotha

MessagePosté le: Mar Juin 27, 2006 9:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
mais SdG le voit comme étant un pôle indispensable, dans la polarité, au nord, Rouach Aelohim, au sud Nahash,


Diantre, Kry, tu oses dévoiler les secrets sublimes de ma fraternité Shocked ^_^

Na'hash est le sud tandis que le mal, dans la tradition rabinnique, vient du nord (comme la femme et l'or assez étrangement).

On pourrait tracer une Croix sacrée constituée de YHVH, N'HS, Ish et Isha dont la numération est 1001... Le centre bien entendu n'a pas de Nom.

Na'hash est une énergie disolvante et réactive en même temps. A ne pas adorer ni invoquer de manière imprudente...

Il est à noter que les naasènes modernes n'adorent pas Na'hash mais l'utilisent en tant que symbole de leur propre cheminement et volonté.

Spartakus
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Invité







MessagePosté le: Mer Juin 28, 2006 7:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Il y a quand même un point qui me gêne là dedans : que les ophites et les naassènes (anciens) aient le serpent comme symbole messianique, ça me va très bien. Je me souviens d'une gravure alchimique de la bibliothèque de l'arsenal où l'on voyait un serpent crucifié ... Je crois, sans en être sûr, qu'elle était tirée d'un ouvrage de Flamel, mais peu importe.

On lit par exemple chez Hyppolite : " ... Il parle de celui qui est homicide depuis le commencement (Kronos ou le principe 'eau'), car son oeuvre produit la corruption et la mort. Nul ne peut donc être sauvé ni remonté sans le fils, cad le serpent. Car de même qu'il a apporté d'en haut les empreintes du Père, de même, inversement, il reporte d'ici bas en haut les empreintes du Père réveillées"

Dans son rôle messianique, le serpent jouit d'un rôle médiateur. Or dans la vision rabinnique, il est l'extrémité de la croix. Comment peut-il être en même temps un messager en circulation et un pôle parfaitement défini et immuable?
Revenir en haut
SpartakusFreeMann
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 12 Mai 2006
Messages: 428
Localisation: Golgotha

MessagePosté le: Mer Juin 28, 2006 9:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Dans son rôle messianique, le serpent jouit d'un rôle médiateur. Or dans la vision rabinnique, il est l'extrémité de la croix. Comment peut-il être en même temps un messager en circulation et un pôle parfaitement défini et immuable?

Dans la tradition rabinique, le serpent est vraiment un pôle, icône du mal, de l'Autre Côté, du royaume de Satan. Toutefois, dans la tradition kabbalistique, il est mouvant sur l'Arbre de Vie se mouvant reptilignement entre les Sephiroth.
La "lecture" du symbole du serpent n'est donc pas unidirectionnelle mais multiple : pour vaincre les serpents venimeux dans le désert, châtiant les hébreux, Moïse dressa le Na'hash ne'hushtan sur la perche, symbolisant alors ce Christ cloué à la Croix...

Dans la tradition "moderne" naasène, le Na'hash comme YHVH, l'homme et la femme sont des pôles fixes dans une représentation idéale de la relation des diverses énergies. Une forme de Tao, si l'on veut, et cette croix est-elle fixe réellement ? Je ne le crois pas car l'on retrouverait vers cette damnée hakencreuz mouvante et solaire...

Spartakus
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
SpartakusFreeMann
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 12 Mai 2006
Messages: 428
Localisation: Golgotha

MessagePosté le: Dim Juil 09, 2006 9:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Elever le Serpent intérieur ou la Vision Kabbalistique du Serpent de la Genèse.

Par Rabbi Yaakob Phunès.

Au travers de l’histoire, le serpent reste le symbole le moins bien connus des éléments bibliques, souvent associé au mal et aux forces de la tentation et de la chute. Mais, si nous regardons le serpent avec des yeux de kabbalistes et non de simples croyants, alors les enseignements qu’il recèle sont nombreux et l’histoire du Jardin d’Eden prend une coloration bien différente : de la chute nous trouvons alors une transformation spirituelle et un développement possible de l’homme dans la liberté de la Création.

Dans la tradition des maîtres hassidim, un des principes afin d’obtenir une compréhension plus pénétrante et plus grande de la Torah est d’utiliser celle-ci comme un manuel qui par l’alchimie de la psychologie intime de l’âme peut être compris plus aisément. Chaque personne, lieu, événement, objet représentent un élément organique de la psyché humaine et divine. Par ce mode de connaissance, le serpent du Jardin peut être symboliquement un représentant des instincts primitifs qui se cachent en chacun de nous. En fait, les sages nous disent « le serpent était à l’origine destiné à un grand serviteur de l’homme » (Sanhédrin 59b).

Nos sages, de mémoire bénie, nous donnent ici une vision étonnante qui développe plus avant notre compréhension du serpent. Ils disent que le serpent avait à l’origine des jambes et qu’il fut maudit (Zohar I 171a). Symboliquement, cela signifie que la condition première au sein de tout un chacun est de pouvoir se mouvoir et de grimper, de s’élever afin d’atteindre des sommets dans l’illumination et la compréhension du divin. Cela signifie aussi que nous sommes capables intrinsèquement de remplir notre vie, de faire vivre le royaume de Dieu en nous et autour de nous. A ce niveau, la bénédiction spirituelle ultime est possible. Mais lorsque le serpent est maudit par Dieu afin de « ramper sur son ventre et de manger la poussière de la terre » (Genèse 3, 14), la condition première change drastiquement et nous sommes alors enfermés dans les formes inférieures de la passion.

Afin de comprendre ce changement profond, nous devons à nouveau nous tourner vers les maîtres de la tradition kabbalistique. La Kabbale (Zohar II, 23b et Midrash Rabba baMidbar 14, 12) enseigne en effet qu’il existe quatre niveaux de compréhension et que pour faire un être humain intégral, l’on doit avoir quatre niveaux ou quatre éléments de la nature : l’élément physique (terre), la nature émotionnelle (eau), l'habilité intellectuelle (air) et la dimension spirituelle (feu). En ôtant les jambes au serpent et en le forçant à ramper sur le sol, l'élément ou la pulsion physique est confiné, selon nos maîtres bénis, à la dimension terrestre et physique. Le résultat de cette malédiction est que notre énergie première qui est de réaliser le potentiel transformatif spirituel est à présent dans un état de confinement terrestre, au sein des énergies les plus basses du corps qui sont associées à la sexualité, aux passions physiques et aux désirs terrestres.

C’est la raison pour laquelle nombre de traditions dans le monde ont compris que ce stade inférieur est la source de nos obstacles à atteindre des niveaux de spiritualité supérieurs. Comme résultat, le serpent a été condamné comme maléfique.


Délivrer le Serpent intérieur.

Heureusement, la vision conventionnelle qui appelle à la suppression de l’énergie sexuelle ou serpentesque doit être réexaminée sous les feux de la pensée kabbalistique. La Torah nous donne une vision très puissante de ce que peut être notre énergie primale si nous pouvons la faire s’élever à nouveau et la canaliser dans la bonne direction. Relisons en ce sens la rencontre de Moïse et de Dieu sous la forme du Buisson Ardent, il lui est commandé de laisser tomber son bâton sur le sol et de l’élever à nouveau (Shemoth 4, 3-4).

C’est là le symbole du Tikkun ou de la réparation du bris des vases qui est nécessaire à l’évolution spirituelle véritable. En son état de chute, la Torah nous dit que le bâton était un serpent qui faisait peur à Moïse, mais qu’une fois élevé il devint le bâton de Dieu par lequel Moïse réalisa ses miracles (Zohar I, 27a). Cela nous enseigne donc que lorsque nos besoins primaires sont réprimés, nous sommes sans contrôle sur eux, tandis que si nous élevons cette énergie primaire, les mêmes passions sont élevées et transformée et Dieu opère ses miracles au travers de nous (Keter Shem Tov 69).

L’idée est simple voire simpliste : en canalisant nos passions vers le haut, vers les sphères spirituelles nous pouvons transformer un potentiel destructeur en une chose sainte et bonne. Cependant, nos sages, de mémoire bénie, nous mettent en garde que mal dirigée nos passions mènent à l’irresponsabilité et peuvent se révéler dangereuses. Les passions doivent donc être guidées par l’élément de l’air (intellect) avant de pouvoir se transformer et se réaliser en feu (spiritualité) par l’utilisation du modèle kabbalistique des quatre éléments.


La passion comme moyen de transformation.

Le Yetzer haRa – le mauvais penchant – n’est rien de plus que l’énergie réprimée qui doit être transformée et sublimée dans son expression en une énergie spirituelle.

Le Baal Shem Tov, maître de mémoire bénie et que l’huile coule sur ses descendants, soyons dignes d’exprimer sa pensée, explique ainsi que deux lettres hébraïques – Resh et Ayin – épellent le mot « mal » - ra – qui inversé donne le mot « er » qui signifie « être éveillé ». Le yetzer haEr serait alors l’inclinaison à l’éveil qui repose en chacun de nous. Comme le serpent dont les yeux restent toujours ouverts, il y a une part en nous qui doit toujours rester en éveil et être sans cesse stimulée. Par conséquent, lorsque l’on ne participe pas sous une forme ou une autre à la spiritualisation ou à l’expression spirituelle de notre intimité. Nous devons chercher une stimulation extérieure par l’étude, la danse, les chants, l’art. La Kabbale nous enseigne que la sexualité et la spiritualité sont une énergie UNE. Sous sa forme inférieure, elle se manifeste comme un instinct primaire et se manifeste par le stupre. Dans sa forme élevée elle se manifeste comme un amour intense et illimité de l’amour divin, une passion pour la vie et l’éclosion de la beauté de l’être intérieur. En sa forme élevée de joie et de bonheur, elle nous permet d’atteindre les sphères prophétiques de l’inspiration divine (Likkutei Moharan I, 24).

Nos sages, de mémoire bénie, disent que lorsque deux mots hébreux ont une même valeur numérique, ils sont en fait de même essence, mais à un niveau plus subtil et plus occulté. Peut-être est-ce pour cela que les mots hébreux Mashiach (messie) et Na’hash (serpent) ont la même valeur numérique de 358. En surface, ils semblent représenter deux forces opposées, en essence ils sont liés. La tradition nous explique que lorsque l’ère messianique arrivera, nos instincts primaires seront « enlevés » et que tout sera transformé en bon. Cela signifie que ces instincts seront élevés et ne seront plus réprimés mais que la pulsion intime retournera à sa passion originelle de trouver sa réalisation dans la vie spirituelle de l’amour du Dieu vivant (Tikkunei Zohar 21 43a).

La vie est une célébration qui doit être vécue et si l’on nie sa propre nature et ses désirs, alors on nie sa nature divine et humaine, on nie la gloire intrinsèque de notre essence divine. L’individu spirituel a besoin d’éléments positifs pour se transformer, il utilise ses désirs terrestres afin de les sublimer en des expressions créatrices et divines. Il élève le serpent afin de reprendre la route du royaume divin qui est en nous et autour de nous.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Invité







MessagePosté le: Dim Juil 09, 2006 10:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Voilà une lecture de l'AT passionante. Je serais très curieux de savoir ce que pense la Kabbale de Sade Very Happy
Revenir en haut
SpartakusFreeMann
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 12 Mai 2006
Messages: 428
Localisation: Golgotha

MessagePosté le: Dim Juil 09, 2006 10:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Voilà une lecture de l'AT passionante. Je serais très curieux de savoir ce que pense la Kabbale de Sade Very Happy


Que du bien que du bien, n'est-il pas à l'origine du SM qui en hébreu s'écrit Shin Mem, épelant alors Shem, le Nom !

Razz

Spartakus
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Invité







MessagePosté le: Dim Juil 09, 2006 11:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut
SpartakusFreeMann
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 12 Mai 2006
Messages: 428
Localisation: Golgotha

MessagePosté le: Mer Oct 25, 2006 10:18 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pour ceux qui voudraient aller plus loin, mon livre les "Oraisons du Serpent" est enfin disponible sur Amazon.fr

http://www.amazon.fr/gp/product/1847284647/ref=pd_rvi_gw_1/403-7917419-1943645?ie=UTF8

Amitiés

Spartakus
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur MSN Messenger
Fredericus
~*Eclaireur*~


: :
Inscrit le: 29 Juil 2006
Messages: 2521
Localisation: A la droite de Thehuti, aux pieds de Maât

MessagePosté le: Mer Oct 25, 2006 12:13 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Euh ? Parce que l'on peut aller encore plus loin ? Shocked

Tu n'as jamais songé à éditer ou (réediter) l'ensemble de tes écrits en un seul et gigantesque volume "dantesque" ? Confused

Amitiés

Fredericus Coriarius
_________________

Merythathor-Iahhotep Envoûtements
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum ésotérique de l Alliance Magique Index du Forum -> Symbolisme Hermétique Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Design réalisé par éditions ésotériques l Alliance Magique éditeur ésotérique

Partenaires: lithothérapie - forum ésotérique - site ésotérique - annuaire ésotérique - formation lithothérapie - Arnaud Thuly Page Officielle - Recherche en ésotérisme - formation professionnelle lithothérapie - formation ésotérisme magie - blog ésotérique